Le père d’une victime des vaccins: « ma fille est entre la vie et la mort »

L’affaire du décès d’un nourrisson et la détérioration de l’état de santé de cinq autres à la maternité des Orangers de Rabat continue de défrayer la chronique. Alors que le procureur du roi près du tribunal de première instance de Rabat a ordonné la détention de deux infirmières pour avoir administré des vaccins contre l’Hépatite B aux nouveau-nés, l’affaire n’est toujours pas close.

En effet, le père d’une des victimes, de son nom El Arabi, a déclaré à Le Site info que sa fille, en réanimation au CHU Ibn Sina, est toujours au coma. Et d’ajouter que tous les autres nourrissons ont quitté l’hôpital sauf sa fille « qui est entre la vie et la mort ».

Il explique par ailleurs que les médecins responsables du cas de sa fille ne lui ont pas fourni d’éclaircissement au sujet de l’évolution de l’état de santé de son bébé.

Rappelons que le ministère de la Santé a annoncé, mercredi dernier, l’ouverture d’une enquête urgente et approfondie après le décès d’un nourrisson et la détérioration de l’état de santé de cinq nouveau-nés à la Maternité des Orangers relevant du Centre hospitalier universitaire Avicenne de Rabat.

Dans un communiqué, le département a rappelé que “le staff médical et infirmier s’est empressé d’assurer la prise en charge de six nouveau-nés qui ont été aussitôt transférés au service de réanimation et de soins intensifs à l’hôpital pédiatrique, ce qui a permis d’améliorer l’état de cinq nourrissons”, déplorant la mort d’un bébé malgré les efforts consentis par le personnel médical.

Aymane A.K

Articles similaires

Suggestions d’articles

Rabat : mesures sanitaires exceptionnelles dans certains quartiers

Pendant le week-end dernier, plusieurs cafés ont été obligés de rester fermés, au quartier Takaddoum de Rabat par crainte de la transmission du Covid-19.