Le père de Zefzafi réagit à la polémique

Ahmed Zefzafi, père de l’icône du Hirak, condamné à 20 ans de prison, s’est manifesté sur son compte Facebook. Il s’est plaint de son sort et de celui que l’on faisait subir à son fils en prison.

Le père Zefzafi a expliqué que sa patience « avait des limites » et qu’il en avait « marre ». Il a ajouté qu’il avait supporté beaucoup trop de désagréments et de malheurs depuis que son fils est en prison. « J’ai été très patient. Tout ce que j’ai récolté, ce ne sont que des accusations et des calomnies. Je me retire de ce combat et je vais me consacrer à un ami gravement malade qui souffre d’une dépression nerveuse. Je vais continuer bien sûr à rendre visite à mon fils emprisonné à la prison de Oukacha ».

Rappelons que Nasser Zefzafi a tenté samedi de « semer le trouble et l’anarchie » par des comportements contraires à la loi, d’après un communiqué de la DGAPR (délégation des prisons du Royaume). Il a été transféré à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires à cause d’une enflure à la main après une blessure qu’il s’est infligée lui-même, ajoute le communiqué.

Zefzafi a demandé samedi, vers 18H30, des soins à cause de douleurs qu’il a dit sentir au niveau de l’un de ses pieds. Lorsque l’infirmier s’apprêtait à apporter ces soins, le détenu a jeté les équipements de soins et s’est volontairement blessé en frappant sa main par l’extrémité d’un bureau, réclamant la présence du directeur et du médecin et alléguant que les soins qu’il a reçus étaient insuffisants.

Il s’avère que le prisonnier visait, à travers ces comportements contraires à la loi, à « semer le trouble et l’anarchie, puisque suite à cet acte, des détenus du Hirak ont refusé de regagner leurs cellules ».

L’Administration de la prison est aussitôt intervenue pour imposer l’ordre et a ordonné le transfert du détenu à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires à cause d’une enflure de la main résultant d’une blessure qu’il s’est infligée par lui-même, souligne le communiqué, relevant que l’Administration a fait entrer les détenus dans leurs cellules, en attendant de prendre les mesures disciplinaires nécessaires à l’encontre des contrevenants pour sanctionner leurs agissements qui visent à semer l’anarchie au sein de l’établissement qui les abrite.

S.L. (avec MAP)

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page