Le nombre de morts sur les routes marocaines en baisse

L’amélioration des indicateurs liés aux accidents de la circulation pendant l’année 2019 doit encourager la poursuite de la mobilisation en vue de limiter les importants dommages causés par ces accidents, a affirmé le Chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani, qui présidait, ce vendredi à Rabat, une réunion du Comité interministériel chargé de la sécurité routière.

El Othmani a noté à cette occasion que l’année 2019 a connu une baisse du nombre de décès et de blessés graves, estimée respectivement à 2,9% et 3,53%, enregistrée principalement en milieu urbain, en plus d’une amélioration constatée dans d’autres indicateurs, indique un communiqué du département du Chef du gouvernement, ajoutant que El Othmani a estimé que ces améliorations doivent encourager la poursuite de la mobilisation pour réduire les importants dommages des accidents, qui occasionnent également une perte économique et matérielle annuelle de près de 2,5% du PIB.

Lors de cette réunion consacrée à l’examen des indicateurs liés à la sécurité routière pour l’année 2019, à la présentation du bilan de l’action du Comité au titre de l’année 2019 et son plan d’action pour 2020, El Othmani a insisté sur la nécessité de poursuivre les efforts de tous les intervenants dans le cadre d’une approche inclusive basée sur la sensibilisation et la prévention, ainsi que sur les mesures dissuasives et coercitives, et ce avec l’implication des acteurs de la société civile et la poursuite de l’insertion de l’éducation à la sécurité routière dans le milieu scolaire, en envisageant des moyens innovants et en intégrant les moyens technologiques disponibles dans ce domaine.

El Othmani, poursuit le communiqué, a également réaffirmé le poids de la dimension humaine sur la question de la sécurité routière, qui nécessite un traitement sérieux, avec la concertation des efforts de toutes les parties concernées, soulignant que le gouvernement tient à inscrire ce chantier dans ses priorités dans le cadre de la mise en oeuvre des dispositions de la Stratégie nationale de la sécurité routière, notamment en vue de réduire de moitié le nombre de décès causés par les accidents de la circulation d’ici à 2026.

Il a en outre mis l’accent sur l’importance de la sensibilisation, à travers l’exploitation de tous les moyens de communication et les médias qui sont de nature à sensibiliser les citoyens aux dangers de l’insouciance et du non-respect du code de la route.

Sur le volet juridique, le Chef du gouvernement a mis en avant la nécessité de mobiliser davantage tous les acteurs afin de se conformer aux lois en vigueur, tant au niveau de la verbalisation qu’au niveau du contrôle techniques des véhicules, ce qui contribuera, a-t-il insisté, à réduire les accidents de la circulation et à renforcer le sentiment général de la nécessité de respecter la loi.

El Othmani a rappelé dans ce sens l’important effort déployé par le gouvernement en coordination avec les différents acteurs institutionnels pour fournir les infrastructures de base pour l’utilisation sécurisée des routes par la mobilisation des ressources financières nécessaires pour entretenir les routes existantes et la construction de nouvelles en vue de fluidifier les circuits économiques et commerciaux et la circulation des citoyens, note le communiqué.

Il ajoute que le chef du gouvernement a exhorté les intervenants à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale de la sécurité routière 2017-2026 conformément à son programme exécutif, et à agir, chacun dans son domaine, pour mettre à disposition tous les moyens financiers et humains pour ce faire, sans pour autant négliger le travail de communication avec les citoyens et les acteurs de la société civile en vue de changer les comportements sur les routes.

Tenue en marge de la commémoration de la Journée nationale de la sécurité routière, prévue le 18 février, cette réunion se tient suite à la réunion, le 13 janvier, du Comité permanent de la sécurité routière, qui a examiné le bilan de son action en 2019, et oeuvré à élaborer un projet de plan d’action concernant la sécurité routière pour 2020, qui est en cours d’examen par le Comité interministériel chargé de la sécurité routière pour approbation, indique le communiqué. Les membres du comité ont suivi un exposé détaillé sur le développement des indicateurs relatifs à la sécurité routière au titre de l’année 2019 ainsi que le bilan du programme d’action dans le domaine de la sécurité routière en 2019, a ajouté la même source. Ils ont à cette occasion examiné et adopté le plan d’action relatif à la sécurité routière au titre de 2020. Cette réunion a été marquée par la présence du ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, du ministre de la Santé, du ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, du ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement, du ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, chargé de l’Administration de la Défense Nationale, de secrétaires généraux, ainsi que de représentants de la protection civile, de la Gendarmerie Royale, de la sûreté nationale et des administrations représentées dans le comité.

M.S. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Sécurité routière. La prévention, la meilleure arme

Les accidents de la route représentent un coût important pour la société marocaine. En 2017, la facture de l'hécatombe routière était de l'ordre de 2 milliards d'euros, selon les données de la Banque mondiale.