Le moment où Hamieddine est entré au tribunal (VIDEO)

C’est au milieu de mesures de sécurité renforcées que le dirigeant du PJD, Abdelali Hamieddine, est arrivé ce mardi à la cour d’appel de Fès pour répondre aux accusations concernant l’assassinat en 1993 de l’étudiant de gauche Benaissa Ait El Jid.

Hamieddine, parlementaire et membre influent du PJD, est entré au tribunal, entouré de plusieurs membres de son parti, tandis que ses sympathisants scandaient des slogans de soutien.

La cour a décidé de reporter au 30 mars 2021 l’examen de l’affaire en raison de la pandémie du Covid-19.

L’avocat Omar Hlaoui, qui défend Hamieddine, a confié à Le Site Info que la séance a été ajournée en raison de l’absence d’un des juges qui ne pouvait pas assister à l’audience à cause de son état de santé.

De son côté, l’avocat de la victime a affirmé que la séance a été reportée en raison de la situation épidémiologique du pays.

Rappel des faits

L’histoire s’est passée le 23 février 1993 à proximité de la faculté de droit Dhar Mehraz de Fès. Des étudiants appartenant au mouvement Réforme et renouveau et à Al Adl Wa Al Ihssane ont intercepté deux autres étudiants de gauche, Benaïssa Aït El Jid et Haddioui El Khammar, qui étaient à bord d’un taxi. Ils ont ainsi violemment agressé les deux victimes, tué le premier et blessé le deuxième.

Impliqué dans ce meurtre, Hamieddine, inculpé, a écopé de deux ans de prison ferme. Il a par la suite été innocenté, au grand dam de la famille d’Ait El Jid qui n’a pas toléré la décision de la justice.

Des années après, l’affaire a ressuscité grâce au témoignage d’El Khammar qui a failli perdre la vie, avec Ait El Jid, si ce n’est l’aide de quelques personnes présentes pendant la dispute.

S.H.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Aïd Al Mawlid: les autorités de Fès serrent la vis

Le comité régional de veille, chargé du suivi de la situation épidémiologique liée à la Covid19, a décidé, mercredi soir, l’instauration de mesures préventives et le renforcement des contrôles au niveau de la préfecture de Fès, à l’occasion des vacances de l’Aïd Al-Mawlid Al-Nabawi Acharif,