Le Maroc a-t-il boudé MBS?

Mohammed ben Salmane (MBS) a entamé jeudi 22 novembre une tournée à l’étranger qui devrait l’emmener dans plusieurs pays arabes. Première étape de son périple: Les Emirats arabes unis (EAU). Le prince héritier saoudien est attendu mardi 27 novembre en Tunisie. Une visite fortement décriée par bon nombre d’intellectuels tunisiens.

Si le cabinet royal saoudien a annoncé que le prince effectuera une tournée “dans plusieurs pays arabes frères”, sur “instruction” de son père, le roi Salmane, il n’a pas pris le soin de les nommer.

Selon plusieurs sources médiatiques, MBS devrait, après avoir entamé sa tournée le 22 novembre aux EAU, visiter l’Egypte, le Bahreïn, l’Algérie et la Mauritanie. Le Maroc serait ainsi exclu du périple princier, sans expliquer les raisons derrière cette décision. Seraient-ce les prémices d’un nouveau coup de froid entre le Maroc et l’Arabie Saoudite? Se sont ainsi demandés plusieurs observateurs et analystes en géopolitique.

Selon le quotidien Al Qods Al Arabi, le Maroc aurait en effet proposé une rencontre entre le prince Moulay Rachid et MBS, en raison des contraintes d’agenda du roi Mohammed VI. Une proposition qui n’aurait pas été du goût de Riyad qui l’aurait déclinée. C’est ce qui expliquerait ainsi que le prince saoudien n’inclue pas le Maroc dans sa tournée, selon la même source.

Une tournée, rappelons-le, qui vise à “renforcer les relations du pays aux niveaux international et régional” et de “poursuivre la coopération et les contacts avec ces pays frères dans tous les domaines”, selon le cabinet royal saoudien.

Il faut dire que depuis l’assassinat, le 2 octobre dernier, du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul, l’image du prince en a pris un coup. Il serait en effet le commanditaire de ce meurtre. Le Washington Post a d’ailleurs annoncé que la CIA a conclu que Mohamed Ben Salmane a ordonné le meurtre du journaliste.

Soufiane Laraki

Articles similaires

Suggestions d’articles

Omar Balafrej : «Non, je ne suis pas athée»

Omar Balafrej s’est qualifié de «laïque croyant en Dieu», assurant que la laïcité n’a aucun lien avec l’athéisme. Le député répond ainsi à tous ceux qui l’ont accusé d’athée après ses sorties concernant les libertés individuelles.