Le Maroc a été cité en exemple

L’Union européenne (UE) est appelée à capitaliser sur l’expérience marocaine pour donner un nouvel élan au partenariat euro-africain, souligne la Fondation Robert Schuman dans une étude récente.

“L’Union européenne devrait articuler davantage les logiques d’intégration Nord-Sud et Sud-Sud, en capitalisant sur l’expérience du Maroc”, insiste la Fondation qui développe des études sur l’UE et ses politiques.

Le renouvellement des institutions de l’UE suite au scrutin européen de mai dernier offre l’opportunité de donner un contenu “plus tangible” au partenariat euro-africain, relève ce centre de recherches qui estime que le Maroc, auquel l’Union européenne a accordé un “statut avancé” en 2008, pourrait être “un élément moteur” en vue de bâtir un “partenariat pour l’émergence de l’Afrique”.

Mettant en avant la diplomatie économique “active” engagée par le roi Mohammed VI, la Fondation note que le Maroc, qui accorde un intérêt particulier à la coopération Sud-Sud, est devenu le deuxième investisseur africain en Afrique et le premier en Afrique de l’Ouest.

De nombreuses entreprises marocaines se sont implantées dans la région : banques et assurances, opérateurs de télécommunications, sociétés de construction, sociétés minières, groupes agroalimentaires, fait observer la même source, évoquant également le projet de gazoduc Maroc-Nigéria.

Selon le centre de recherches, ce rôle de “chef de file” de la coopération Sud-Sud en Afrique est consubstantiel à la “mue de l’économie marocaine”.

A cet égard, la Fondation rappelle que dans les années 2000, l’ouverture de l’économie marocaine a beaucoup progressé, en particulier avec la signature d’accords de libre-échange avec l’Union européenne, l’Egypte, la Tunisie, la Jordanie, les Etats-Unis, la Turquie et les Emirats arabes unis.

La résilience de l’économie a été, de même, renforcée par la modernisation du secteur bancaire et financier et l’adoption d’un policy-mix “proactif”, relève la Fondation Robert Schuman, notant que la croissance a été portée par la hausse des revenus non agricoles (revalorisations salariales et transferts sociaux) et par une moindre volatilité du PIB agricole, grâce aux investissements opérés dans ce secteur.

Parmi les autres acquis engrangés par le Maroc, l’étude, qui cite des données de la Banque mondiale, fait ressortir que le taux de pauvreté monétaire a diminué de 15% à 5% entre 2000 et 2014 dans le Royaume, tandis qu’en milieu rural, ce taux a baissé de 25% à 9,5%.

Pour ce qui est du taux de chômage, il a été divisé par deux en milieu urbain, passant de 22% en 1999 à 13,9% en 2016, selon la même source.

En matière de développement humain, l’étude souligne que le Maroc a réalisé des progrès “notables” grâce à un investissement public massif dans l’éducation, l’extension de la couverture médicale (RAMED) et le raccordement des zones rurales à l’électricité et à l’eau potable. Aussi, elle met en exergue le rôle de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) dans la réduction de la pauvreté.

La Fondation jette également la lumière sur les nombreux plans sectoriels dont s’est doté le Maroc à partir des années 2000, citant, dans ce sens, le Plan Émergence, le Plan d’Accélération Industrielle, le Plan Maroc Vert, le Plan Halieutis et la Vision 2020 pour le tourisme.

Elle évoque, de même, les différentes stratégies transversales mises en place par le Royaume, à l’instar de la Stratégie nationale logistique et la Stratégie Maroc Digital, qui ont permis d’inscrire l’action publique dans la durée.

Ces plans et stratégies, relève le centre de recherches, ont été accompagnés par une déconcentration et une décentralisation administrative, à travers la politique de régionalisation avancée, qui a transféré au niveau local les compétences en matière de développement économique.

Par ailleurs, le Maroc a consenti un effort considérable d’investissement dans les infrastructures, souligne la même source, notant, dans ce sens, que le complexe portuaire de Tanger Med, inauguré en 2007, exploite déjà sa pleine capacité, tandis que l’inauguration de l’extension Tanger Med II, devrait tripler sa capacité en 2020.

Le complexe portuaire pourra ainsi entrer dans le “Top vingt” des ports à containers dans le monde et conforter sa position de premier hub logistique en Afrique, estime la Fondation.

En janvier 2019, rappelle la même source, le Maroc a également inauguré la première ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) en Afrique, pour un coût au kilomètre parmi les plus réduits au monde.

S’agissant de la politique énergétique du Royaume, la Fondation relève que le Maroc a encouragé les investissements dans les énergies renouvelables, évoquant dans ce sens l’inauguration en 2012 de la méga-centrale solaire à concentration au nord de Ouarzazate, notant que l’objectif du Royaume consiste à porter à 52% la part des énergies renouvelables dans les capacités totales à l’horizon 2030.

La Fondation souligne, par ailleurs, qu’une reconfiguration du tissu productif a été engagée au Maroc, notant que c’est le secteur de l’automobile qui a connu la progression “la plus spectaculaire”, conséquence de l’implantation en 2012 d’une usine du groupe Renault à proximité de Tanger Med, suivie par l’implantation d’une usine PSA à Kénitra, en juin 2019.

L’industrie aéronautique s’est également développée autour de groupes comme Bombardier et Safran (câblage, assemblage), fait observer la même source.

La Fondation relève, par ailleurs, qu’il existe au Maroc un potentiel important pour créer de nouveaux emplois qualifiés et accroître la productivité des entreprises existantes, notamment en ce qui concerne les services de transport et de logistique.

La Fondation Robert Schuman créée en 1991 et reconnue d’utilité publique, est le principal centre de recherches français sur l’Europe. Elle développe des études sur l’Union européenne et ses politiques et en promeut le contenu en France, en Europe et à l’étranger. Elle enrichit le débat européen par des recherches, des publications et l’organisation de conférences.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Officiel: l’Intérieur lance les candidatures pour remplacer Ilyas El Omari

La Wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a annoncé, jeudi soir, l'ouverture des candidatures au poste de président du Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.