Le harcèlement de rue s’aggrave au Maroc (étude)

Environ 66,9 % des cas de violence à l’égard des femmes se produisent dans les lieux publics d’après une étude qui date de 2015. Ce taux a augmenté pour atteindre 73% en 2016, a affirmé vendredi, à Marrakech, la ministre de la famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social, Bassima Hakkaoui.

Bassima Hakkaoui a fait cette déclaration lors d’une conférence, dans le cadre de la 15è Campagne nationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes.

La ministre a souligné que les conseils élus sont appelés à garantir les conditions maximales susceptibles de lutter contre ce phénomène, mettant en relief les efforts des autorités publiques, la Gendarmerie Royale, la Sûreté nationale aux côtés du ministère de tutelle, pour éradiquer ce fléau des lieux publics.

Elle a aussi rappelé que le Royaume dispose de centres d’écoute crées et disséminés dans plusieurs régions du Maroc afin de fournir l’information et les données exactes de la réalité de ce phénomène.

Rappelons que le projet de loi concernant le harcèlement et la violence faite aux femmes prévoit une peine pouvant aller jusqu’à 25 années de prison. De même que, pour la première fois, ledit projet cite l’expression « harcèlement sexuel », abject crime passible de trois ans de prison.

S.L.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page