L’âne a son musée à Tanger

Quelle est l’insulte populaire au Maroc, souvent galvaudée et utilisée à bout de champ, par toutes les couches de la société? Pas la peine d’être grand clerc pour le deviner. « Had lahmar dial flane »? (cet âne d’untel), « lahmar li waldak » (l’âne qui t’a enfanté), etc, etc.

Pourtant cet animal est connu par des qualités dont des millions de bipèdes ne peuvent se targuer: docilité, intelligence, patience, force et travail. « Ssi » Lahmar n’est-il pas non plus le « premier ingénieur des ponts et chaussées du monde »? Combien de milliers de routes montagneuses ont été construites grâce à lui, partout dans le monde, au Maroc aussi, dans la région du Nord, particulièrement?

Pour rendre, peu ou prou, justice à l’âne, un jeune Tangérois a décidé de lui consacrer un musée. Exposition de photos d’ânes accomplissant différente et pénibles s tâhes, dans les champs ou ailleurs, servant de monture aux ruraux, etc, sont à voir et à admirer.

Abderrahim Ben Atabou, initiateur de ce projet, a déclaré à Le Site Info qu’il a toujours été l’ami des bêtes et qu’il a une prédilection pour l’âne, cet animal qui a toujours été victime de brimades, de maltraitance et de mépris par certains.

Ses souvenirs avec « l’âne de ma grand-mère », selon son expression, restent impérissables. Et Abderrahim se rappelle toujours comment sa grand-mère s’occupait si bien de son âne qui lui servait de monture. Après avoir entrepris des recherches sur l’histoire de cet animal à travers différentes époques, l’idée lui est venue de créer ce musée dans sa ville natale. Cela n’a pas été si aisé, a-t-il confié, et il a fallu quatre ans pour mettre ce projet sur pied.

Concernant l’accès au musée, il se fait sur demande et Abderrahim en a déjà reçu de très nombreuses en ce sens. De son côté, il lui arrive de temps en temps d’inviter des amis à venir découvrir son exposition de photos de certains spécimens de cette race.

Le jeune Tangérois n’a pas manqué non plus de relever le sarcasme de certains visiteurs au début. Mais cette ironie se transforme vite en curiosité positive et intérêt pour les informations concernant cet animal mal décrié, méprisé mais si utile.

Larbi Alaoui

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page