L’affaire Bouachrine arrive à l’ONU

Un rapport du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire considère que “la privation de liberté du journaliste Bouachrine est contraire aux articles 9, 14 et 19 de la Charte internationale des droits de l’Homme”.

Selon ce rapport, dont la teneur est parvenue à Le Site Info, il est demandé au gouvernement marocain de faire le nécessaire afin que le détenu “recouvre la liberté et soit indemnisé pour le préjudice subi”. De même que le Groupe de travail onusien insiste sur le fait que des décisions fermes soient prises à l’encontre des personnes responsables de cette détention arbitraire.

Au cas où Bouachrine recouvrirait sa liberté, l’Exécutif du Royaume est également tenu d’en informer l’instance onusienne et de lui faire part du genre d’indemnisations décidé pour auquel le journaliste a plein droit.

À rappeler que Taoufik Bouachrine, directeur de publication du quotidien Akhbar Al Yaoum, a été condamné en novembre dernier à 12 ans de prison ferme et à une grosse amende, notamment sous le chef d’accusation de “traite d’êtres humains”.

L.A. (avec Y.H.)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Casablanca: Bouachrine n’a pas pu assister à son audience

Taoufik Bouachrine, directeur du quotidien Akhbar Al Yaoum, accusé de "traite d'êtres humains, d'abus et d'exploitation à des fins sexuelles", n'a pas répondu présent à l'audience de ce matin, de la Cour d'appel de Casablanca.