La riposte de l’auteur de « Sahih Al-Boukhari, fin d’une légende »

Son livre « Sahih Al-Boukhari, fin d’une légende » a été interdit, sans que les vrais raisons de cette censure qui ne dit pas son nom ne soient vraiment explicitées. Qu’à cela ne tienne! Rachid Aylal ne se laisse pas abattre et s’apprête a publier, non pas un livre, ni deux, mais quatre nouveaux livres!
Dans une déclaration à Le Site info, le chercheur a révélé les sujets de ses quatre nouveaux-nés. Lesquels sujets ne manqueront pas non plus de susciter polémique, controverse, voire nouvelles interdictions. Jugez-en vous-mêmes!
Le premier livre se propose de corriger l’interprétation de certains vocables du lexique islamique, alors que le second s’intéresse à des méditations contemplatives sur la religion et
sur la foi. Quant au troisième ouvrage de Rachid Aylal, il traitera du voyage nocturne et de l’ascension du Prophète et est intitulé « Al isrâ wal mi’raj, la légende de qui? ». Le dernier livre, lui, a pour thème « les libertés sexuelles dans le Coran ».
L’auteur a aussi précisé à Le Site info qu’il est en train actuellement de peaufiner le style de ses quatre livres qu’il avait écrits avant même la publication de « Sahih Al-Boukhari,la fin d’une légende ».
A la question concernant le sort incertain qui attend ses livres au tournant, Rachid Aylal répond qu’il est un chercheur avant tout et qu’il n’obéit à nulle idéologie prématurée. « J’essaie de présenter les conclusions de mes recherches sans a priori aucun », explique-t-il. Et de conclure qu’il va publier ses ouvrages et si « on « les interdit, c’est qu' »on » a ses raisons. « Je fais mon travail et « ils » font le leur! », dit-il résigné mais décidé.
Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Covid-19: sur quoi mise le Maroc pour éviter un rebond épidémique (Aït Taleb)

Le Maroc mise sur le maintien d'un dépistage de masse couplé à une vigilance accrue afin d'éviter tout rebond épidémique, a affirmé le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb.