La réponse de Hammouchi lorsqu’on lui a proposé la nationalité américaine

L’hebdomadaire Jeune Afrique, dans son numéro de cette semaine, dresse un portrait du « Superflic de Sa Majesté », le patron de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Dans cet article signé Fahd Iraqi, un ancien de TelQuel et du Journal Hebdomadaire, on peut lire que « le premier flic du royaume en est aussi le premier agent de renseignement. Un cumul de postes inédit dans l’histoire sécuritaire du Maroc qui en dit long sur la confiance placée en lui par le roi Mohammed VI ».

Abdellatif Hammouchi, 53 ans, a réussi son pari alors que beaucoup n’y croyaient pas. Il n’a pas pris de vacances depuis qu’il occupe ses fonctions. Sauf récemment, « quelques jours, à la veille du mois de ramadan, pendant lesquels il s’est rendu sur les Lieux saints pour une Omra express en famille ».

Après avoir donné d’autres détails croustillants sur la carrière de Hammouchi et sur le travail colossal qui a permis de métamorphoser la DGSN, Jeune Afrique nous apprend que ses compétences sont telles que la CIA a tenté de le débaucher. George Tenet (directeur de la centrale de 1997 à 2004) lui a proposé la nationalité américaine et un haut poste à Langley, selon l’un de ses proches. Hammouchi a répondu: « Marocain je suis né, marocain je resterai, marocain je mourrai ».

Dans ce long portrait, Jeune Afrique revient également sur l’hommage rendu par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve au travail de la DGST et à son directeur. « Abdellatif Hammouchi et ses hommes veillent au grain sur tous les fronts », résume l’hebdomadaire de cette semaine.

H.B.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Maroc: allègement du déficit commercial au 1er semestre 2020

Le déficit commercial du Maroc s'est allégé de 16,2% à plus de 85,58 milliards de dirhams (MMDH) au cours des six premiers mois de 2020, selon l'Office des changes.