La problématique du Bitcoin expliquée par Mohamed Hourani (VIDEO)

Le Bitcoin, de l’anglais “bit” unité d’information binaire et “coin”, pièce de monnaie, est une monnaie virtuelle. Après que MTDS, société de services numériques spécialisée dans le digital, la sécurité et le cryptage informatique ait annoncé accepter le paiement par Bitcoin au Maroc, l’Office des changes, vient de l’interdire.

En effet, cette monnaie vient d’être interdite au Maroc. C’est l’Office des changes qui l’a annoncé, car “Les transactions effectuées via les monnaies virtuelles constituent une infraction à la réglementation des changes, passible de sanctions et d’amendes prévues par les textes en vigueur”.

Mohamed Hourani, président directeur général de Hightech Payment Systems, qui a également été à la tête de la Confédération générale des entreprises du Maroc, nous en dit un peu plus.

Actuellement, le taux de change de cette monnaie virtuelle vaut presque 7000 euros, Hourani  nous explique que “ce n’est pas vraiment une monnaie, mais une valeur, comme un titre dans un marché boursier.” Et c’est pour cela que sa valeur est très fluctuante.

Le bitcoin peut passer de 5000 à 300 dollars en mois d’une journée, parce qu’il n’y a aucune banque centrale qui le gère, comme nous explique le PDG de HPS. Ce qui nous amène à la plus grosse problématique à laquelle fait face cette monnaie: sa réglementation.

Faiza Rhoul

Suggestions d’articles

Voici à quoi va servir le guichet numérique “rokhas”

Cette plateforme numérique tend à généraliser le bureau d’ordre numérique (workflow), à garantir une transparence totale dans les procédures d’octroi des autorisations.