La presse française parle de la visite du Pape au Maroc

Le Pape François entame samedi une visite au Maroc où il va prôner le dialogue avec l’Islam, affirme le journal français le Figaro.

Après Jean-Paul II en août 1985, le Souverain pontife se rend au Royaume du Maroc pour une visite de deux jours où « il prononcera le même «As salam aleykoum» (La paix soit avec vous) que le pape polonais lança à 80.000 jeunes dans le stade de Casablanca, lors d’un discours historique sur les relations entre le christianisme et l’islam », rappelle le journal dans un article publié en avant-première de sa livraison de samedi.

C’est d’ailleurs cette même salutation en arabe qu’a adressée le Souverain pontife dans un message vidéo, jeudi, au peuple marocain, où il explique l’enjeu, essentiellement interreligieux, de son voyage: «Comme chrétiens et musulmans nous croyons en Dieu créateur et miséricordieux, qui a créé les hommes […] pour que nous vivions en frères, respectueux des diversités et s’entraidant dans les nécessités».

A son arrivée au Maroc, le Pape sera accueilli « personnellement » par le roi Mohammed VI. « Un signe protocolaire important », le Souverain détenant le titre d’Amir Al Mouminine, c’est-à-dire «Commandeur des croyants», « une autorité majeure dans l’Islam sunnite », relève la publication.

Le journal rappelle que le roi est aussi « le Président d’une instance musulmane très importante: le comité Al-Qods ».

Lors de sa visite, « le chef de l’Église catholique se rendra également à l’Institut Mohammed VI de formation des imams et des mourchidates, ces femmes prédicatrices. Fierté de l’Islam marocain, cet institut encore flambant neuf a été inauguré en 2015 comme une réponse à l’extrémisme. 1.200 étudiants s’y préparent aux responsabilités religieuses – dont 50 Français – et beaucoup d’Afrique subsaharienne, souligne Le Figaro.

Selon le journal, le Pape assigne deux autres dimensions à son 28e voyage hors d’Italie. «Encourager», la petite communauté catholique présente au Maroc. Elle est essentiellement noire africaine ou européenne expatriée.

L’autre dimension est celle des migrants marchant vers l’Europe que le Pape tient à «rencontrer» parce qu’ils «représentent un appel à construire ensemble un monde plus juste et solidaire», comme il l’a dit dans son message de jeudi, conclut le journal français.

S.L. (avec MAP)


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page