La libération de Mortada Iamarchen, un mea culpa de l’Etat?

Suite au décès de son père, Mortada Iamarchen a été autorisé exceptionnellement à participer aux funérailles. Le parquet de la Cour d’appel de Salé lui a accordé cette autorisation pour des motifs humanitaires. Pour cela, il a été transporté par un hélicoptère à Al Hoceima.

A ce propos, le politologue Abderrahim Allam, s’est dit satisfait de la décision des autorités judiciaires à l’égard d’une personne qui est connue de tous pour n’avoir jamais exprimé des idées extrémistes. « Je ne comprends pas pourquoi, il est poursuivi pour des faits qu’il n’a pas commis, notamment pour apologie de terrorisme », déclare-t-il au Site info.

Pour lui, tous les représentants des différents courants politiques et idéologiques connaissent très bien Iamarchen et connaissent ses prises de position modérées. « D’ailleurs, son avocate est une militante de gauche », précise-t-il.

Sa libération exceptionnelle et conditionnelle pourrait être un bon signe sur la voie de la résolution de tous les cas des détenus du Hirak du Rif, d’autant plus que des informations font état de la distribution aux familles de demandes de grâce royale, conclut-il.

Naïma Lembarki


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page