La juge, Rachida Ahfoud, relate comment elle est devenue avocate

Quel téléspectateur marocain ne se rappelle-t-il pas, avec bonheur, l’émission de la chaîne Al Oula “Moudawala”? Sa créatrice et animatrice, Rachida Ahfoud, y a officié depuis le 12 octobre 2001, un dimanche sur deux, à partir de 21h45.

Et pendant vingt ans, elle a présenté cette intéressante émission que suivaient passionnément des milliers de téléspectateurs de la chaîne de la rue Brihi à Rabat.

Madame la juge a récemment décidé de changer de cap. Et c’est la toge d’avocate qu’elle va désormais porter au sein des tribunaux du Royaume. Et ce, après avoir occupé plusieurs fonctions importantes en tant que magistrate.

Dans une déclaration à Le Site info, Rachida Ahfoud relate son choix présent. Elle dit avoir prêté le serment organisant l’exercice du métier d’avocat, mercredi 12 février courant, après sa décision de choisir cette”noble profession” pour la suite de son parcours professionnel.
Mme la juge, avocate fraîche émoulue, a ajouté que sa longue carrière et son expérience au sein de la magistrature, ayant débuté en 1981, sont de quelque quatre décennies. Pendant toute cette période, Rachida Ahfoud a souligné avoir été soucieuse de bien faire dans l’objectif de la protection des droits des justiciables et de rendre équitablement justice.

Concernant l’émission”Moudawala”, Me Rachida Ahfoud rassure les téléspectateurs d’Al Oula que le programme continuera son bonhomme de chemin, comme à l’accoutumée.”Cette année-ci, nous avons veillé à traiter des thématiques portant davantage sur les préoccupations réelles de la société et des citoyens. Des sujets tels que la grossesse pendant la période des fiançailles, la traite des êtres humains, l’escroquerie des demandes fictives en mariage, entre autres thématiques intéressant les gens”, a expliqué Rachida Ahfoud.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Météo: découvrez le temps qu’il fera ce jeudi au Maroc

Les prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 27 février 2020, établies par la Direction de la météorologie nationale.