Kif: 50.000 personnes « rêvent » de sortir de la clandestinité à Chefchaouen

L’AMDH de Chefchaouen vient de lever le voile sur la situation dans laquelle vivent des dizaines de milliers de personnes recherchées dans la province de Chefchaouen. Leur nombre pourrait atteindre 50.000. 

Contacté par Assabah, qui rapporte l’information, le militant des droits de l’homme de la section de l’AMDH de Chefchaouen, Mohamed Kachour, indique que son association se prépare à organiser le plus grand sit-in de personnes recherchées pour signer un appel de réconciliation avec l’Etat.

Une pétition sera soumise par la suite aux différentes institutions officielles, parmi lesquelles le cabinet royal, pour réclamer une amnistie générale et tourner la page du passé.

Le militant souligne la nécessité de trouver des solutions radicales aux familles qui vivent la hantise quotidienne des poursuites et des chasses à l’homme. Elles vont jusqu’à se taire sur les viols dont sont victimes femmes et enfants. Les membres de ces familles ne portent pas plainte de peur d’être arrêtés, en raison d’avis de recherches et de mandats d’amener émis contre eux. Cette situation cauchemardesque poussent certains à ne plus scolariser leurs enfants et à interdire à leur épouse de sortir.

Mohamed Kachour précise que son association a envoyé un message aux centres de décision à Rabat d’une part, et aux habitants concernés d’autre part. Chaque famille compte une personne recherchée, au moins 40 par douar. Dans la région, 500 circonscriptions électorales représentent des centaines de douars : le nombre de recherchés se compte par dizaines de milliers.

Il affirme que la plupart sont victimes de plaintes fabriquées de toutes pièces et de règlements de comptes électoraux. « La culture du kif est devenue un instrument électoral pour la pêche aux voix, détournées sous la pression et les menaces. La personne récalcitrante à voter pour un candidat déterminé est dénoncée et sa maison fait l’objet de fouilles à maintes reprises ».

Kachour s’interroge sur le secret qui entoure les campagnes visant des familles habitant dans les montagnes, alors que les sièges des autorités sont entourés de champs de kif. Il révèle enfin l’apparition d’une nouvelle plante de kif appelée Trikita qui produit de grosses quantités et de meilleures qualités.

N.B.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page