Khouribga: chassée de chez elle en pleine crise sanitaire

La propriétaire d’une maison a cru bon chasser sa locataire, une femme divorcée et mère de famille, pour défaut de paiement du loyer. Cette évacuation a eu lieu alors que le pays vit un état d’alerte sanitaire à cause du risque de la propagation du Covid-19.

Fort heureusement, un enregistrement vidéo, largement partagé et commenté sur la Toile, a vite remis les choses à l’endroit.

En effet, on y voit le caïd de l’arrondissement intervenir fermement afin que justice soit rendue à la victime de cette évacuation mal à propos, lui permettant de regagner, ainsi que ses enfants, le domicile familial. S’adressant à la propriétaire de la maison, l’agent d’autorité lui a promis que c’est lui-même qui s’acquittera des 1500 DH; montant de loyer qui lui est dû.

Le caïd a également su trouver les mots rassurants pour convaincre la propriétaire de laisser la mère de famille et ses enfants regagner la maison dont ils ont été chassés. Cependant, la propriétaire et son fils n’ont pas voulu entendre raison et se sont obstinés à ne pas revenir sur leur décision.

Cette attitude incompréhensible et inhumaine a suscité l’ire et l’indignation de plusieurs internautes. Et ces derniers ont exigé  que cette dame sans coeur soit poursuivie en justice.

L’acteur associatif, Abdellatif  Rami, a affirmé que le procureur du roi de la ville de Khouribga a alors ordonné l’interpellation de la propriétaire et de son fils. Il leur est reproché d’avoir chassé leurs locataires, une mère de famille et ses six enfants, sans raison justifiable. Surtout en ces circonstances pénibles que connaît  le pays à cause de coronavirus.

L.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Khouribga: l’auteur de la rumeur de l’année blanche dans les filets de la police

Le Parquet général près le Tribunal de première instance de Khouribga a décidé samedi, de poursuivre une personne soupçonnée de publier un faux communiqué attribué au ministère de l'Éducation nationale faisant état "d’une année blanche dans l’enseignement au Maroc".