Kénitra: peine capitale pour un conseiller PAMIste auteur de 4 meurtres

La lourde sentence de la Cour d’appel de Kénitra est tombée, à l’encontre de ce conseiller communal PAMiste et, de surcroît, trafiquant de drogue, ayant perpétré l’exécution de quatre meurtres à l’aide de son fusil de chasse.
Ce verdict a été prononcé après le aveux de l’accusé qui avait obtenu un permis de port d’arme dans des conditions douteuses, révèle le quotidien Al Massae.
S’agissant du mobile qui l’a poussé à perpétrer ses crimes, le dénommé J.L, 39 ans, conseiller PAMiste de Sidi Bousber, dans la province d’Ouezzane, a déclaré lors de son arrestation et sa garde à vue, que ses victimes le provoquaient à maintes reprises pour diverses raisons, dont des différends sur la commercialisation de drogue. Il a également ajouté que son frère avait été pourchassé jusqu’à son domicile et que sa famille avait été menacée à l’aide d’armes blanches.
J.L, qui n’était pas présent au douar ce jour-là, a été averti par téléphone. Il s’est alors immédiatement rendu sur place, a pris son fusil de chasse et s’est dirigé vers les lieux où il savait trouver ses victimes. Et là, il a froidement abattu les quatre personnes dont l’une, avait-il dit, “a été tuée par erreur”!
Le journal précise que l’assassin comptait se suicider en se tirant dessus avec la même arme dont il s’était servi pour commettre son forfait après s’être réfugié dans une montagne à proximité de chez lui. Il en a été dissuadé par une longue communication téléphonique avec le commandant de la brigade de la gendarmerie royale d’Ouezzane.
Il s’était alors rendu aux autorités après que ledit commandant lui avait promis qu’il sera protégé de toute tentative de vengeance de la part des membres des familles des quatre victimes.
Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le roi Mohammed VI a remis un prix à Essaouira

Le roi Mohammed VI a procédé, après la prière du vendredi à la mosquée "Lalla Amina" à Essaouira, à la remise du Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées au titre de l'année 2018-2019.