La justice marocaine prononcera moins de peines capitales

©DR

Le législateur marocain est engagé à réduire le nombre d’infractions passibles de la peine capitale, a souligné ce mercredi le ministre de la Justice, Mohamed Aujjar, lors d’un séminaire régional sur la peine de mort en Afrique francophone.

Le ministre a affirmé que le projet de Code pénal réduira le nombre des crimes concernés de 31 à 11, en conformité avec l’article 20 de la Constitution de 2011 qui garantit la protection du droit à la vie par la loi.

Le Code pénal prévoit la peine de mort par fusillade pour l’homicide aggravé, la trahison, la désertion, la torture, le vol à main armée, l’incendie criminel et certaines offenses touchant le roi et les membres de la familles royale.

La déclaration d’Aujjar contraste avec les convictions de son prédécesseur, Mustapha Ramid, qui avait proposé, en mai 2016, d’élargir la peine de mort aux crimes sexuels contre les enfants, les considérant comme “les pires crimes sur terre”.

La justice marocaine continue de condamner à la peine capitale, même si la dernière exécution remonte à 1993.

N.F.

Articles similaires

Suggestions d’articles

La réforme du Code pénal au cœur d’une rencontre parlementaire

Le groupe Justice et Développement à la Chambre des conseillers a organisé, ce mercredi à Rabat, une journée d'étude sous le thème "Projet de code pénal et nouveaux amendements: quelle philosophie pénale pour toute réalité sociale ?".