Un jeune radicalisé commet une boucherie à Sid Zouine près de Marrakech

La commune de Sid Zouine a vécu lundi matin une journée sanglante. Le coupable n’est autre qu’un jeune de 25 ans, qui pour des raisons encore obscures, s’est emparé d’un coutelas, avec lequel il a égorgé la voisine de sa tante paternelle, qui l’hébergeait. Ayant commis le premier meurtre, il s’est dirigé vers sa tante la poignardant sauvagement au cou et à l’épaule.

Pris d’une crise d’hystérie, cet individu est sorti dans la rue brandissant son sabre et hurlant à tue-tête Allah Akbar (Dieu est grand), alors que les habitants du douar se sont enfuis et se sont terrés dans leurs domiciles.

Alertés, les gendarmes ont envoyé une brigade. Mais maîtriser le forcené n’était pas chose facile. Deux gendarmes auraient pu y laisser la vie, car ils ont été grièvement blessés. Il aura fallu du renfort, pour enfin arrêter cet individu, dont l’apparence indiquait qu’il portait des idées extrémistes. Menotté, il a été conduit au poste de la brigade de gendarmerie.

Cet acte criminel a fait un mort, alors que la tante a été transportée d’urgence, dans un état critique à l’hôpital Ibn Tofaïl de Marrakech et les gendarmes ont été admis à l’hôpital militaire.

Les témoins dont les langues se sont déliées, après avoir paniqué toute la matinée, racontent qu’il habitait chez sa tante et travaillait comme ouvrier agricole dans les fermes de la région. Mais depuis quelques semaines, il a abandonné son travail, laissé pousser une barbe épaisse et a commencé à s’habiller à la manière afghane.

A noter que la commune de Sid Zouine est réputée pour abriter depuis très longtemps, de nombreuses écoles coraniques, qui accueillent beaucoup de jeunes garçons. Mais, depuis les années 90, un salafiste très connu à Marrakech, y a ouvert une école coranique, d’où sont sortis des radicalisés.

T.J

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Du nouveau dans l’affaire de l’enfant violé et tué à Meknès

Les services de police avaient procédé, dimanche dernier, à la reconstitution du meurtre de l’enfant Réda, dont le corps avait été retrouvé dans un bâtiment abandonné à côté de l’espace Sahrij Swani.