Islam: Ahmed Raïssouni tire à boulets rouges sur la France

Le président de l’Union internationale des oulémas musulmans (UIOM) Ahmed Raïssouni, a attaqué mercredi soir, par le biais de son site officiel, la France, l’accusant ni plus ni moins d’être: “anti-islam”. L’ancien Chef du Mouvement de l’unicité et de la réforme (MUR) accuse la France d’être l’usine qui a fabriqué la haine et qui a fait subir des restrictions dans toute l’Europe aux musulmans.

“Toutes les restrictions raciales, politiques, juridiques et sociales à l’encontre des musulmans en Europe sont d’abord des inventions françaises, testées et appliquées en France, puis exportées et promues par d’autres partenaires européens, parfois rejetées et parfois partiellement acceptées”, a-t-il déclaré.

Raisouni a souligné que la France était “féroce dans sa guerre contre le vêtement des femmes musulmanes, en particulier le foulard”. Selon lui, “ce sont les chefs de la droite, de la gauche et du centre, qui s’engagent ouvertement, sans réserve ni protocole diplomatique, à déclarer la guerre à l’Islam”.

“Seule la France engage certaines de ses élites politiques, intellectuelles et médiatiques dans un affrontement acharné contre le Coran et contre le prophète”, a-t-il insisté, ajoutant: “La France se considère toujours comme la gardienne de ses colonies africaines. Elle lutte avec force et énergie pour écraser toute avancée de l’Islam”.

Selon lui, la France s’est “éloignée des pays d’Europe occidentale et de son vieux slogan: liberté, égalité, fraternité. Raissouni affirme que la France combat l’Islam avec un esprit de “Croisé-Sioniste, avec des slogans laïcs”. Et de conclure que “la France ne combat pas l’Islam par peur, comme certains pays, mais plutôt par haine…”

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Libertés individuelles: appel à sanctionner Ahmed Raissouni and Co

La querelle marocaine des "Modernes et des Anciens" prend de plus en plus d'ampleur et ne risque pas de prendre fin de sitôt. Libertés individuelles, demandent les uns; référentiel religieux et respect des valeurs rétorquent les autres.