Infanticides au Maroc: nouvelle mesure de Ramid

Le Ministre des droits de l’Homme et des relations avec le parlement a annoncé le lancement d’une série de consultations autour de la répétition des crimes de pédophilie et d’infanticide ces dernières semaines au Maroc.

Mustapha Ramid a indiqué dimanche que son département «suit de près les crimes graves et horribles commis récemment, provoquant l’indignation, la colère et la condamnation de l’opinion publique qui demande de punir les auteurs et de mettre fin à ces actes perpétrés contre une catégorie sociale vulnérable».

En interaction avec ces revendications et afin de protéger les enfants de ces violations, Ramid a annoncé que son département va organiser des consultations avec d’autres ministères et des organismes et instances concernés, pour étudier le bilan en termes de protection des droits de l’enfance, les mécanismes de prévention et les éventuels vides dans la législation et les pratiques, a-t-il écrit dans un post sur sa page Facebook.

Cette initiative intervient dans le sillage d’une vague d’indignation soulevée par une série de crimes commis ces dernières semaines contre des enfants dans plusieurs régions du Maroc. Après l’affaire d’Adnane, un enfant violé retrouvé enterré près du domicile de ses parents à Tanger, le Maroc a découvert avec horreur ce fqih dans un petit village du nord du Maroc qui a avoué avoir eu des attouchements sexuels sur plusieurs fillettes qui fréquentaient l’école coranique où il officiait.

Le weekend dernier, l’horreur a encore frappé avec la découverte d’ossements humains, appartenant à la petite Naima, dans une montagne de la région de Tafergalt, près d’Agdz (province Ouarzazate).

S.Z.

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page