Inégalités au Maroc: le rapport qui fait froid dans le dos

Les chiffres concernant les inégalités au Maroc frisent l’indécence! Le Maroc possède le niveau d’inégalités le plus élevé d’Afrique du Nord, dénonce l’ONG Oxfam présente au Maroc depuis deux décennies et qui intervient dans différents domaines, dont la participation sociale et politique des femmes et le développement social et économique des zones rurales.

Oxfam a récemment publié son rapport annuel à l’occasion du Forum économique mondial de Davos, qui se tient du 23 au 26 janvier: “Partager la richesse avec celles et ceux qui la créent”. Ce rapport au vitriol pointe la hausse des inégalités et l’extrême progression de la richesse en 2017, le 1 % le plus riche du monde a empoché 82 % des richesses créées l’an dernier. Quant à la richesse des milliardaires, elle a augmenté de… 762 milliards de dollars.

Malgré l’amélioration de la situation globale des Marocains au cours de ces dernières années, avec la réduction du taux de pauvreté de 15,3% à 4,8% entre 2001 et 2014 et l’accroissement de la dépense annuelle de plus de 5000 DH par personne, l’augmentation des richesses semble bénéficier principalement à un petit nombre de personnes très fortunées, selon le rapport. En pratique, les 10% les plus riches au Maroc ont un niveau de vie en moyenne douze fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres. Cet écart n’a guère reculé depuis les années 90 d’après le rapport.

Plus de 1,6 million de personnes restent pauvres, c’est-à-dire dans l’incapacité de se nourrir suffisamment et de se procurer les biens de base, et 4,2 millions de personnes restent vulnérables, c’est-à-dire susceptibles de basculer dans la pauvreté à tout moment.

L’absence importantes des femmes sur le marché du travail renforce et nourrit également l’inégalité de revenus et de richesses. Seules 22% d’entre elles occupant un emploi, contre 65% des hommes.  En dehors des discriminations que subissent les femmes dans le monde du travail, les jeunes sont victimes d’autres types d’inégalités, le chômage par exemple, 3/4 des jeunes diplômés du supérieur étant au chômage.

Malgré une amélioration d’ensemble, les Marocains n’ont pas les mêmes chances d’accéder à des soins près de chez eux. Le Maroc ne compte que 6,2 médecins pour 10.000 habitants, contre 12 en Algérie et en Tunisie et 37,1 en Espagne.

Des chiffres qui font tourner la tête et confirment une aggravation, non uniquement du fossé des richesses mais également d’autres secteurs, notamment l’éducation. Au total, toujours selon le rapport, 1,7 million de Marocains, soit 28% des jeunes entre 15 et 24 ans, ne sont ni au travail, ni en éducation, ni en formation (NEET),  80% sont des femmes et près d’un tiers de la population est encore analphabète ! En moyenne, un Marocain est scolarisé pendant 4.4 ans, soit 2 ans de moins que la moyenne des pays arabes ‘6.3 ans’ et moins de 3 ans que la moyenne mondiale ‘7.7ans’.

Le Maroc occupe la 123ème place sur 188 pays, le plaçant dans la catégorie des pays à “développement humain moyen”, derrière la Tunisie (97ème) et l’Algérie (83ème), classées dans la catégorie “développement humain élevé”.

Chaimaa Habab

Articles similaires

Suggestions d’articles

Amzazi annonce le report des vacances scolaires au Maroc

Comme annoncé dans Les Inspirations Eco, le ministère de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a annoncé la poursuite de l'enseignement à distance et le report des vacances du printemps.