Ilyas El Omari a-t-il ruiné Al Hoceima?

« Ilyas El Omari est la pire chose qui soit arrivée à la région d’Al Hoceima ». C’est en tout cas ce que soutient l’analyste politique Mohamed Elfennich dans une publication sur sa page Facebook.

« Les ministres qui ont supervisé l’enquête sur les projets d’Al Hoceima ont déclaré qu’il n’y a pas eu de fraude, juste des retards dans l’exécution. Mais messieurs, nous n’avons pas besoin de mener une enquête pour constater les retards parce que nous les constatons de nos propres yeux ! », s’exclame-t-il

L’enquête en question concerne le projet «Manarat al moutawassit» (Le Phare de la Méditerranée) visant le développement provincial d’Al Hoceima et impliquant  douze secteurs ministériels. Lancé en octobre 2015 par  le Roi Mohammed VI, ce plan de développement vise l’ouverture de centres hospitaliers, la plantation d’arbres fruitiers, l’édification de barrages protégeant des inondations et la construction d’un stade et de centres socio-sportifs.

Les retards sur ces différents projets ont été vivement dénoncés par les militants du Hirak. Mohamed Elfennich tient pour responsable Ilyas El Omari, président de la région Al Hoceima-Tanger-Tétouan dont la démission de la tête du PAM a été attribuée par la presse aux évènements du Rif. «Depuis la venue d’Ilyas EL Omari à Al Hoceima, la région connaît des actes de fraude et d’injustices. (…) Quiconque dit qu’il n’y a pas eu de fraudes dans les projets d’Al Hoceima ment et se moque du peuple marocain et de Sa Majesté», ajoute-t-il avant de conclure: «Un pays qui accepte la magouille trahit sa Constitution, la volonté et l’ambition de son peuple et les conventions internationales».

Le Souverain, qui avait commandité une enquête sur les raisons du retard de ce programme, a reçu le 2 octobre au pPalais royal de Rabat, le chef de gouvernement, Saâdeddine El Othmani, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, et le président de la Cour des comptes Driss Jettou. Les deux ministres ont soumis les conclusions de cette enquête au Roi Mohammed VI, qui a accordé  un délai de dix jours à Driss Jettou pour examen final.

N.F.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Algérie: nouvelle manifestation en soutien aux détenus du Hirak (VIDEO)

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté, ce mercredi, devant le tribunal de Béjaïa, grande ville de Kabylie, pour réclamer la libération des militants du "Hirak".