Horodateurs illégaux: le Conseil de Casablanca persiste et signe

Alors que le Conseil de la ville de Marrakech a annulé le recours aux horodateurs et opté pour le retour à la location des parkings aux particuliers et aux entreprises, la mairie de Casablanca opte pour la solution opposée.

En effet,  le Conseil de la ville de Casablanca a décidé de généraliser le recours aux horodateurs sur les principales rues et artères de la ville, selon Al Akhbar.
Cette décision intervient pourtant une semaine après le rapport du Haut Conseil des Comptes qui met en évidence l’absence d’un cadre légal dans la gestion des parkings de Casablanca.

Ainsi, la gestion déléguée des parkings présenterait d’énormes abus au niveau des modalités de cession. Par ailleurs, la pose d’horodateurs est réalisée sans les autorisations légales nécessaires, et la pose des sabots se fait sans avoir recours à des solutions intermédiaires.
Signalons que la ville de Marrakech a dû rebrousser chemin et revenir à l’ancien système, suite à la multiplication des jugements relatifs à l’illégalité de la pose de sabots. Cette situation a  poussé les Marrakchis à défier le Conseil de la ville et à ne plus payer les places de parking.


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page