Hirak: prison ferme pour avoir brûlé un véhicule de la Sûreté nationale

Le tribunal d’Al Hoceima vient de se prononcer sur les faits du 26 mars dernier qui concernent la région de Beni Bou Ayach. 

Quatorze accusés ont été présentés au juge, mardi dernier pour répondre à de lourdes accusations. Ils sont ainsi poursuivis pour avoir provoqué un incendie dans une résidence consacrée aux agents de police, mais aussi pour avoir mis le feu à leur véhicule. Ces faits ont eu lieu, lors d’une manifestation qui aurait mal tourné.

Les peines prononcées à l’encontre des quatorze accusés varient entre cinq mois et vingt ans de prison.

A lire aussi: Casablanca: les lourdes accusations qui pèsent sur les détenus du Hirak

Les plus chanceux ont été condamnés à deux mois de prison avec sursis, mais deux autres ont écopé de vingt ans de prison ferme chacun.

Accusés d’avoir « provoqué un incendie prémédité dans un logement et mis le feu à des véhicules, causé des blessures à des agents publics et participé à une manifestation non autorisée », et également « outrage à agents publics, destruction de biens publics et possession d’armes », les deux hommes écopent de peines considérées des plus sévères depuis le début du procès des activistes du Hirak.

S.L.

 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page