Hirak: le procureur général récuse les accusations de torture

Le procureur général a récusé les accusations de torture et de violence que Zefzafi dit avoir subies lors de son arrestation à Al Hoceima, de la part d’éléments de la Brigade nationale. C’était lors de la séance d’audience du procès des activistes du Hirak du Rif, jeudi. et Hakim El Ourdie a assuré que les résultats de l’enquête diligentée à ce propos, ainsi que les expertises médicales démentent ce que prétendent Zefzafi et ses compagnons.
Cette fin de non-recevoir a vivement irrité les avocats de la défense et suscité leurs protestations. Quant à l’avocate Khadija Roukani, elle a considéré que les accusations de torture et de violence exprimées par Zefzfi et ses compagnons ont « une portée politique ». Et d’ajouter que « la torture en elle-même est une affaire politique dans tous les pays et doit être traitée politiquement ».
A rappeler que le leader du Hirak avait déclaré avoir été torturé au moment de son arrestation et qu’un sécuritaire aurait violé son intégrité physique à l’aide d’un bâton. De même que Nasser Zefzafi, lors d’une séance du procès, avait assuré avoir été battu avec une barre de fer qui lui avait causé une blessure à la tête, comme il aurait aussi reçu des coups au visage assénés avec des menottes.
L.A.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page