Hijab: Décathlon Maroc au cœur d’une polémique (PHOTO)

La marque Décathlon est au cœur d’une polémique dont elle se serait bien passée. La branche marocaine de l’entreprise s’est inspirée de Nike et a lancé le 20 février son Hijab Kalenji blanc et en noir au prix de 79 dirhams. Ce nouvel accessoire est destiné aux coureuses souhaitant «se couvrir la tête et le cou pendant leur activité», selon Décathlon, soulignant qu’il a été «testé plusieurs fois par 20 femmes adeptes de jogging, running ou trail de manière régulière et a été validé par son confort et sa respirabilité».

Si, au Maroc, les sportives voilées se sont ruées sur les magasins Décathlon pour se procurer leur nouveau «must have», c’est l’indignation totale du côté de la France, d’autant plus que ce produit sera bientôt commercialisé dans l’Hexagone.

Après son lancement au Royaume, plusieurs Français ont exprimé leur colère sur Twitter et accusé la marque de grande distribution sportive de promouvoir l’islam radical et de marginaliser les femmes.

«Décathlon se soumet également à l’islamisme qui ne tolère les femmes que la tête couverte d’un hijab pour affirmer leur appartenance à la oumma et leur soumission aux hommes. Décathlon renie donc les valeurs de notre civilisation sur l’autel du marché et du marketing communautaire. Après le Hijab, allez-vous proposer le Coran ? des ceintures explosives ?», a écrit un internaute. «Le hijab est un accessoire misogyne. Honte à vous d’en faire la promotion et d’en tirer profit. Cessez de stigmatiser le corps de femmes ! De la tête aux pieds: non, nous ne sommes pas impures !», s’est insurgée une autre. «Vendre le Hijab, c’est se soumettre à une idéologie inégalitaire et rétrograde. Boycotter Décathlon, c’est résister à l’islamisation de l’Occident», peut-on lire sur Twitter.

Plusieurs voix se sont en effet levées en France, appelant au boycott des produits de l’entreprise française. Ce hijab, déjà en vente au Maroc, n’est pas encore commercialisé en France parce qu’il est en cours de fabrication.

N.M.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Nouveau rebondissement dans l’affaire Tariq Ramadan

Les juges d’instruction en charge de l’affaire Tariq Ramadan ont désigné le Docteur Daniel Zagury, le célèbre expert psychiatre, pour explorer la notion d’ «emprise» évoquée par les victimes présumées de l’islamologue.