Hajar Raissouni: les images du sit-in devant le Parlement

Un sit-in en soutien à la journaliste Hajar Raissouni a été organisé ce mercredi après-midi devant le Parlement, à Rabat. Plusieurs associations et acteurs de la société civile y ont pris part. Objectif: Dénoncer les peines prononcées à l’encontre de la jeune femme et de ses quatre co-accusés.

Poursuivie pour “relations sexuelles hors mariage” et “avortement illégal”, la journaliste Hajar Raissouni a été condamnée lundi par le Tribunal de première instance de Rabat, à un an de prison ferme assorti d’une amende de 500 dirhams. Poursuivi dans le cadre de la même affaire, son fiancé de nationalité soudanaise a écopé de la même peine.

Pour sa part, le médecin poursuivi pour avoir pratiqué l’avortement a été condamné à deux ans de prison ferme avec interdiction d’exercer pendant 24 mois. Sa secrétaire a écopé, quant à elle, de huit mois de prison avec sursis. Par ailleurs, une peine d’un an d’emprisonnement avec sursis a été prononcée à l’encontre de l’anesthésiste.

Dans une déclaration à la presse, l’avocat de la défense Abdelmoula Lamrouri a relevé “l’absence homogénéité entre les textes de loi”, tout en appelant à une plus grande harmonisation entre le Code de procédure pénale et le Code de la famille. Il a affirmé à cet égard que la défense va interjeter appel du jugement prononcé lundi.

Rappelons que le procureur général du Roi près le Tribunal de première instance de Rabat avait affirmé en septembre dernier que les poursuites judiciaires engagées contre une journaliste, arrêtée en compagnie d’autres personnes dont un médecin, “ne sont pas liées à son statut professionnel, mais sont motivées par des actes relatifs à l’avortement ».

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail

Le roi Mohammed VI, accompagné du prince héritier Moulay El Hassan, a présidé, ce jeudi au Palais Royal de Rabat, une séance de travail dédiée à la stratégie des énergies renouvelables.