Habib El Malki attaqué de front par les contingents électroniques du PJD

Décidément, l’élection de Habib El Malki à la présidence de la chambre des représentants n’a pas été du goût des contingents électroniques du PJD. Malgré l’injonction qui leur a été faite par Benkirane de s’abstenir de s’attaquer aux personnalités politiques, ces militants d’arrière-garde ne lâchent pas prise, affirme Al Akhbar. Pour eux, l’élection de Habib El Malki est un coup porté à la légitimité démocratique et à l’éthique politique.

“Comment concevoir qu’un parti n’ayant obtenu que 20 sièges, puisse obtenir la présidence ?”, s’interrogent ces internautes, très actifs sur les réseaux sociaux. “C’est le paroxysme de l’absurde que d’élire un septuagénaire qui n’a cessé de briguer des postes de responsabilité tout au long de sa vie, sans pour autant avoir réalisé quelque chose de significatif”, ajoutent d’autres sites très proches du PJD.

Et la campagne continue en s’attaquant toujours à Aziz Akhannouch traité de tous les maux que connaît le dossier des consultations pour la formation du gouvernement. Habib El Malki et Aziz Akhannouch sont devenus, pour eux, “les symboles de la dénaturation des règles démocratiques”. Rien que ça !

H.L

Articles similaires

Suggestions d’articles

El Othmani a réussi à convaincre El Azami

Driss El Azami El Idrissi est revenu sur sa décision de démissionner de sa fonction de président du groupe parlementaire PJDiste. Et ce, grâce au efforts conjugués de Saâeddine El Othmani et d'autres ténors du parti islamiste.