Grève des adoul au Maroc: les raisons de la colère

Les notaires de droit musulman (ou “adoul” selon l’appellation commune) ont décidé de lancer un mot d’ordre de grève nationale le lundi 27 et mardi 28 novembre devant différentes Cours d’appel du Maroc. Ils veulent protester contre les arrestations répétées qui les touchent. Les dernières en date sont celles de deux notaires de Kénitra et de Tétouan qui ont été placés en détention provisoire.

Lors d’une réunion du bureau exécutif de l’ordre national des adoul, vendredi dernier, suite aux arrestations, il a été décidé que les travailleurs des services judiciaires participeront à une grève générale lundi et mardi prochains.

Dans une déclaration à Alyaoum24,  Abdelmajid Alhaicho, président du conseil de Tanger, souligne qu’à la fin de la procédure où ils sont détenus, les Adouls ne sont pas forcément innocentés.

Et en ce qui concerne les deux adoul détenus, Alhaicho signale qu’ils travaillent au département judiciaire de la cour d’appel de Kénitra et ont été arrêtés à cause d’un document où ils n’ont pas prêté attention à des cartes d’identité nationales falsifiées. Les détenus recherchaient les auteurs de cette fraude jusqu’à ce que les faits soient révélés. Arrêtés, ils ont été accusés d’avoir participé à la falsification de documents officiels et de ne pas avoir signalé la fraude.

Le bureau exécutif de l’ordre national des adoul tiendra une conférence de presse vendredi prochain, à Rabat, pour présenter les détails de l’affaire des détenus et pour annoncer les revendications, indique le communiqué des adoul.

Chaimaa Habab

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le Naoura, une oasis conviviale dans la médina

La magie des fines hauteurs de l'Atlas a inspiré le lieu où l’on retrouve la palette des couleurs délicates de la ville royale, à cinq minutes de la légendaire place Jemâa el Fna.