GMT+1 au Maroc: le ministre a dévoilé les premiers résultats de l’étude

Le ministre délégué chargé de la Réforme de l’Administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader a souligné, ce mardi à Rabat, que les premiers résultats d’une étude scientifique démontrent que l’adoption de l’heure d’été tout au long de l’année n’a aucun impact sur la santé.

En réponse à une question orale du groupe Rassemblement national des indépendants à la Chambre des conseillers , sur “L’évaluation du GMT+1 au Maroc”, Benabdelkader a souligné que l’adoption de l’heure d’été durant toute l’année n’a aucun impact sur la santé du point de vue scientifique, selon une étude adoptée par son département et dont les résultats seront annoncés prochainement.

En novembre dernier, le ministre délégué avait indiqué que la décision d’adopter l’heure d’été repose sur les résultats d’une étude “approfondie et scientifique” menée par son département, sous la supervision du Chef du gouvernement, ajoutant que cette étude a été élaborée par la filiale marocaine du cabinet d’études international, comprenant des experts marocains et internationaux.

Cette étude s’appuie sur l’évaluation des résultats de cinq années d’application du décret n° 126-12-2 du 18 avril 2012, portant changement de l’heure légale du Royaume, avait-il expliqué.

Rappelons que le Maroc est repassé à GMT+1 le dimanche 9 juin à 2h. Le ministère de la Réforme de l’administration et de la fonction publique avait décidé le retour le 5 mai dernier à 3h à l’heure GMT, à l’occasion du mois sacré de Ramadan, précisant que cette mesure intervient en application de l’article 2 du décret n° 2.18.855 publié le 16 Safar 1440 (26 octobre 2018), relatif à l’heure légale.

Publié le 27 octobre 2018 au Bulletin officiel, le décret n°2.18.855 relatif à l’heure légale prévoit le maintien permanent de l’heure d’été.

S.L. (avec MAP)

Suggestions d’articles

Retour à GMT+1 au Maroc: le gouvernement traîné en justice

"Le changement d’heure sert les intérêts de quelques entreprises étrangères qui "violent les droits de la classe ouvrière et font pression sur le gouvernement"".