Un gendarme vide son arme de service sur son chef

Un crime horrible a eu lieu à Arbaoua et plus précisément à l’intérieur même de la section de la gendarmerie royale.

Samedi vers 19 heures, le sergent Zakaria s’apprêtait à reprendre son service quand une dispute éclata entre lui et son supérieur l’adjudant Bettache. L’atmosphère était tellement lourde que les deux hommes se sont livrés à des insultes et ont même failli en venir aux mains.

C’est alors que le sergent dégaina et commença à tirer à bout portant sur son chef. Ce dernier a reçu quatre balles sur les sept que contenait le chargeur et est tombé raide mort.

Les autres gendarmes de la section ont réussi à prendre la fuite, mais ils ont quand même convaincu le tueur de se rendre.

C’est ce qu’il a fait après des heures de négociations, non sans répéter de façon hystérique qu’il avait été humilié (la hogra).

Aussitôt alertés, les responsables de la direction régionale de Kénitra, dont dépend cette section, se sont rendus sur les lieux et les enquêteurs ont entamé leurs investigations.

Il ressort des premiers indices, que les deux hommes ne s’entendaient pas bien et que la demande du sergent de bénéficier du congé annuel lui a été refusée par l’adjudant. C’était la goutte qui a fait déborder le vase.

La victime a laissé derrière lui quatre enfants dont l’aîné n’a que 13 ans.

L’enquête se pousuit en vue de déterminer les causes exactes de ce crime.

M.D

Articles similaires

Suggestions d’articles

Du nouveau dans l’affaire de l’enfant violé et tué à Meknès

Les services de police avaient procédé, dimanche dernier, à la reconstitution du meurtre de l’enfant Réda, dont le corps avait été retrouvé dans un bâtiment abandonné à côté de l’espace Sahrij Swani.