Gdim Izik: le procès touche presque à sa fin

Les débats judiciaires ont permis d’apporter des éléments de preuve sur les infractions commises par les accusés du procès de Gdim Izik, a souligné, mardi à Rabat, Maître Mathieu Cardon, avocat au Barreau de Lyon et Secrétaire général de l’Association de promotion des libertés fondamentales (APLF).
Selon le réquisitoire du Procureur du Roi, nombre d’infractions d’ordre criminel sont établies dont la constitution de bande criminelle organisée, qui est un crime en soi selon les dispositions du code pénal marocain, qui permet de retenir une infraction commune à l’encontre de la plupart des accusés, a relevé M. Cardon dans un entretien accordé à la MAP.
La journée de mercredi a été consacrée aux plaidoiries de la défense des accusés qui ont essayé de relever des contradictions dans les déclarations des témoins à charge et les anomalies des enregistrements téléphoniques et vidéo qui ont servi comme pièces à conviction.
Les plaidoiries se poursuivent ce jeudi et d’ores et déjà, plusieurs observateurs internationaux, n’ont pas manqué de souligner que le procès a présenté dans toutes ses phases les garanties d’un procès équitable où les droits des accusés ont été totalement respectés.
A noter que les accusés ont refusé de rejoindre l’enceinte de la Cour d’appel. Dans ce cas, le juge a fait prévaloir les dispositions de l’article 432 du code de procédure pénale qui prévoit qu’en cas de refus de comparaître, le tribunal transmet aux accusés le déroulé et les conclusions des séances, y compris le verdict.
Après les plaidoiries de la défense des accusés, le procureur répondra point par point aux remarques et contre-attaques, suite à quoi, le dossier sera mis en délibéré.
T.J. (Avec MAP)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page