Fnideq, « ville fantôme » après la fermeture de Bab Sebta

La fermeture du passage frontalier de Bab Sebta a engendré une situation économique inhabituelle et aux conséquences négatives dans plusieurs villes du Nord du Royaume.

Les plus touchés par cette fermeture sont  les citoyens, dont les seules ressources viennent du commerce informel des différentes marchandises en provenance de l’enclave marocaine occupée.

Dans ce cadre, le président de l’Association Al Karama pour la défense des droits humains a déclaré à Le Site info que les habitants de Tétouan et de sa région pâtissent de ne pouvoir accéder à Sebta. »Tout est désert! Ni sortie, ni entrée! Tout le monde se plaint! », a déploré Hassan Aqbabou.

Décrivant la ville de Fnideq, connue par la diversité et la quantité de marchandises en provenance de Sebta et ne désemplissant pas avant la fermeture du passage frontalier, notre interlocuteur la compare maintenant à « une ville fantôme ». Plus âme qui vive! Les commerces ont fermé boutique et les rues de la villes sont désertes, a expliqué le président de l’Association Al Karama pour la défense des droits humains.

L’acteur de la société civile a également pointé le gouvernement El Othmani qu’il rend le premier responsable de cette situation économique explosive que vivent les villes du Nord du pays. Situation d’autant plus alarmante, sachant que la région connaît le plus grand taux de suicides parmi les jeunes.

Pour rappel, des dizaines d’habitants de Sebta ont organisé une marche protestataire, vendredi dernier. Ces Sebtis ont manifesté leur opposition à la fermeture du passage frontalier et ont demandé sa réouverture. Et ce, afin d’insuffler du sang nouveau aux activités commerciales dans les villes du Nord .

Larbi Alaoui

Les frères Mmaee provoquent la colère des Marocains






Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page