Fizazi Vs Hanane: une sextape bientôt sur la Toile?

Hanane et FizaziHanane et Fizazi

Le feuilleton de “Je t’aime, moi non plus” entre le vénérable et insatiable cheikh Fizazi et Hanane, ange et/ou démon, selon les uns et les autres, promet un nouvel épisode des plus…”intimes”.
En effet, d’après le quotidien Akhbar Al Yaoum, la jeune femme, “épouse” de Fizazi sans acte légal de mariage, menace de poster sur la Toile une vidéo de leurs doux et passionnés ébats “conjugaux”.
Et c’est Fizazi lui-même qui fait part de cette menace-chantage. Il déclare qu’il a été mis au courant lors d’une communication téléphonique avec Hanane dans le but de demander la réconciliation à la jeune femme de 19 printemps. Celle-ci l’aurait menacé de poster une vidéo enregistrée dans la chambre à coucher pendant que le cheikh accomplissait son “devoir conjugal”, en ignorant que les ébats amoureux étaient filmés.
Le journal ajoute que Fizazi a alerté la police sur cet acte qu’il juge” dangereux” et craint que Hanane use du procédé photoshop pour nuire à sa réputation. A rappeler qu’auparavant Fizazi avait déclaré que Hanane était seulement sa fiancée, qu’ils n’avaient aucune relation sexuelle et qu’il attendait la décision du tribunal lui permettant la polygamie pour l’épouser!
Et le feuilleton tragi-comique, “Le cheikh et la Belle”, a vu entrer en scène les autorités compétentes de Tanger. Ceci, après que Hanane a déclaré avoir été enlevée, séquestrée et violée par une bande de malfaiteurs. De même que les membres de la bande, qui auraient filmé la scène, l’auraient menacée de publier la vidéo au cas où elle ne leur remettrait pas la somme de 20.000 DH. Jusqu’à maintenant, précise le quotidien, aucune information n’a filtré sur les résultats des investigations menées sur cette affaire de kidnapping, de viol et de sextorsion.
La suite au prochain épisode du feuilleton Fizazi-Hanane!
Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Casablanca: la DGSN a fait une mise au point

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a démenti, d'une façon catégorique, les allégations véhiculées par certains sites d'information, prétendant qu'une importante équipe sécuritaire s'est rendue au domicile d'un individu placé en garde à vue la disposition d'une enquête préliminaire