Fillette tabassée à Taroudant: Amzazi sort (enfin) du silence

La photo d’une petite fille au visage plein d’ecchymoses a été largement partagée en début de semaine sur les réseaux sociaux. Les services de la gendarmerie royale de Taroudant n’ont pas tardé à arrêter l’enseignant accusé d’avoir agressé cette élève du CE1 de la commune Bounrar. La justice a décidé de le poursuivre en état d’arrestation. Il a été ainsi incarcéré à la prison locale de Taroudant.

Réagissant à cette nouvelle affaire, qui a indigné la Toile, le ministre de l’Education nationale, Saïd Amzazi, a indiqué à la presse qu’il a été décidé de suspendre l’enseignant à titre préventif, en attendant la fin de l’enquête.

Le responsable gouvernemental a également fait savoir que le dossier est toujours entre les mains de la justice et, par conséquent, il est serait judicieux d’éviter toute déclaration à ce sujet. Ceci, « afin de ne pas perturber le cours normal de l’affaire ».

Rappelons que la Délégation régionale du ministère de l’Education nationale a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de cette affaire, qui a provoqué un tollé sur la Toile. Une commission a également été dépêchée à l’école et a entendu plusieurs élèves.

K.Z.

Articles similaires

Suggestions d’articles

De nouvelles mesures restrictives à Taroudant

Le Comité de veille et de suivi au niveau de la province de Taroudant a annoncé, dimanche soir, une nouvelle batterie de mesures afin d'endiguer la propagation et la transmission du nouveau coronavirus.