Faudel parle de ses projets et du roi Mohammed VI (VIDEO)

Après plusieurs années d’absence de la scène artistique, l’on se demandait où était passé Faudel, ce qu’il était devenu et où en était sa carrière de chanteur?

Et bien le voilà de retour! Le petit prince du raï refait surface et se dit déterminé, plus que jamais, à reconquérir sa place de numéro 1 dans le monde arabe et à retrouver son public et ses sensations sur scène.

Après “Rani”, en duo avec le chanteur palestinien, Mohamed Assaf et “All Day All Night”, quoi de plus vivifiant qu’une chanson qui fasse réfléchir et qui donne à méditer! Un titre qui fera rire et pleurer. “Mon Dieu” n’est pas seulement un morceau de musique et une belle mélodie, mais une vraie leçon de vie pour la vedette du raï.

“C’est un petit peu autobiographique. Nous avons choisi cette chanson par rapport à toute l’expérience que j’ai pu accumuler pendant ces vingt-huit dernières années. Vous savez, j’ai commencé lorsque j’avais 16- 17 ans. Et avec tout ce que j’ai pu vivre, je me suis donc dit, “jusqu’à quand” cela va encore durer”, déclare le chanteur. 

“On se pose tous des questions lorsqu’on réalise des échecs ou des succès. Cette chanson constitue  un tournant important dans mon métier d’artiste et des retrouvailles tant espérées avec mon fidèle public”, indique Faudel. 

Et le petit prince du raï, devenu grand,  s’empresse de répondre tout de go à ses fans de par le monde: “Non, je n’ai pas arrêté. J’ai même plus envie que jamais. C’est une chanson positive, c’est important. “Jusqu’à quand” est une sorte de mea culpa et cela rend positif parce qu’il faut toujours l’être. Alors, je vous dis à tous, s’’il vous plaît, soyez positifs!'”.  

Mais Faudel ne compte pas se suffire de cette profession de foi. Pour marquer son retour en fanfare, et comme son appétit de la chanson vient en composant et en chantant, il a préparé une vingtaine de titres. “Inchae Allah, la prochaine chanson sera spécialement dédiée à une ville que j’aime beaucoup: Marrakech. C’est un titre qui exprime tout l’amour et l’admiration que je ressens sincèrement pour la ville ocre”, a-t-il tenu à affirmer.

L’interprète, entre autres tubes de “Tellement je t’aime”, nous a également parlé de sa rencontre mémorable avec le roi Mohammed VI, de celle avec le compositeur marocain, RedOne et de sa nouvelle vie à Marrakech où il avait décidé de s’installer. 

“Le roi aime beaucoup les artistes, il encourage les artistes. C’une personne qui aime la musique et qui aime les artistes. Il aime beaucoup le Rai. J’ai eu la chance d’en parler avec lui. Il travaille beaucoup… j’ai de ses nouvelles de temps en temps”, a déclaré Faudel à Le Site info. “Je suis français, d’origine algérienne et marocain de coeur”, explique Faudel dans cet entretien.

Par ailleurs, il n’a pas manqué de revenir sur les raisons qui l’avaient poussé à faire une pause. Une absence qui a duré près de dix ans ans, il faut le rappeler.

Mais qu’à cela ne tienne! Quoi de plus beau, de plus réconfortant et de plus motivant que de reprendre son souffle, son élan, de relever de nouveaux défis pour de nouveau caresser les étoiles!

La vraie nouveauté ne naît-elle toujours dans le retour aux sources, comme le dit un bel adage?  Gageons donc que Faudel, le Marrakchi d’adoption, saura revenir aux beaux succès d’antan et que sa nouvelle carrière le ramènera assez rapidement au firmament de la chanson en général, et du raï en particulier.

En attendant de pouvoir apprécier et  applaudir “Jusqu’à quand”, “Marrakech” et les autres titres du prochain album de Faudel, nous nous faisons l’écho de ses fans  qui fredonnent à l’occasion de son come back  tant attendu:”  Tellement, nous t’aimons,  nous pensons à toi!”.

Kabiro Bhyer

Articles similaires

Suggestions d’articles

Enfants jetés d’un toit à Casa: les dernières nouvelles des victimes

Dimanche matin à Casablanca, une femme a jeté ses trois enfants -âgés de 1, 6 et 8 ans- du toit d’un immeuble de cinq étages.