FAR: le général Louarak en visite d’inspection au mur de défense

Le Général de corps d’armée et Inspecteur général des Forces armées royales (FAR), Abdelfattah Louarak, s’est rendu dans les provinces du Sud du Royaume, ce jeudi matin afin d’y effectuer une visité de contrôle au mur de défense.

Cette visite de Louarak, accompagné d’une importante délégation composée de hauts responsables militaires affectés dans les provinces du Sahara marocain, a pour objectif de constater, sur le terrain, ce qu’il y en est des rumeurs circulant aux camps de Rabouni, à Tindouf.

Lesquelles rumeurs concernent l’organisation d’une marche protestataire à destination du passage de Guergarat, dans le dessein d’y paralyser le trafic routier et les déplacements civils, ainsi que d’y installer un camp.

Les mêmes rumeurs évoquent la coordination de tous les appareils des séparatistes du Polisario, avec à leur tête le dénommé Hussein Oud Sidi Moussa, « coordinateur politique » de ladite marche protestataire. Le présumé « ministre de la Défense », de la fantomatique RASD, Mohamed Lamine El Bouhali, est aussi pressenti comme coordinateur de la même initiative provocatrice polisarienne.

Les responsables du Polisario comptent inciter le plus nombre de réfugiés sahraouis civils des camps de Tindouf, en territoire algérien, de participer à cette marche vers les frontières maroco-mauritaniennes et, d’y installer des camps afin de fermer, une fois pour toutes, le passage de Guergarat.

Le Polisario n’en est pas là à sa première tentative provocatrice et belliqueuse. Par le passé, le mouvement séparatiste a commis d’autres tentatives pareilles dans le dessein d’entraver le trafic routier du passage de Guergarat.

Cela avait eu pour conséquence le sévère avertissement que le secrétaire général de l’ONU avait adressé aux dirigeants séparatistes. En effet, Antonio Guerres avait clairement signifier au Polisario « d’éviter la moindre présence militaire et de ne pas entraver les échanges commerciaux, Ainsi que de s’abstenir de toute action susceptible d’altérer le statu quo dans cette zone tampon ».

A signaler que de telles provocations et velléités des séparatistes coïncident souvent avec l’échéance onusienne de la décision du prolongement ou pas du maintien du mandat de la MINURSO qui, en principe, finit le 31 octobre prochain.

Larbi Alaoui et Naima Lambarki

Articles similaires

Suggestions d’articles

Des chefs d’entreprise français explorent le potentiel halieutique des provinces du Sud

Les régions de Dakhla-Oued Eddahab et Laâyoune-Sakia El Hamra, de par leurs multiples opportunités d'investissement qu'elles présentent et les infrastructures modernes dont elles disposent, constituent un avantage pour les entreprises françaises souhaitant investir dans les secteurs de la pêche et de l'aquaculture.