Expulsé d’Algérie, Ahmed Benchemsi débarque à Casablanca

Après avoir été expulsé d’Algérie, Ahmed Benchemsi est arrivé à l’aéroport de Casablanca lundi dernier selon des sources bien informées. On apprend également qu’il est entré sur le territoire national “sans avoir été ennuyé par les autorités”.

Rappelons que selon la chaîne Ennahar TV et plusieurs médias algériens, la Justice a ordonné, dimanche 18 août 2019, l’expulsion d’Ahmed Réda Benchemsi.

Ces mêmes sources affirment qu’il est entré sur le territoire algérien “sans aucune autorisation officielle lui permettant d’agir en tant que représentant de l’organisation américaine Human Rights Watch”.

Les premiers résultats de l’enquête indiquent que la présence d’Ahmed Réda Benchemsi en Algérie “est dans le cadre d’une agenda visant à infiltrer le “mouvement populaire” qui secoue le pays”, précise Ennahar.

Arrêté vendredi 9 août à Alger, le directeur de la communication pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord de Human Rights Watch, Ahmed Benchemsi, avait été relâché “dans la nuit, aux environs de minuit”, après plusieurs heures d’investigation, rapporte TSA, qui cite une “source proche de l’intéressé”.

Le fondateur et ex-directeur du magazine Telquel avait été arrêté pendant la mobilisation populaire et avait été conduit à un commissariat à Alger avant d’être placé en garde à vue, selon le journal El Watan.

Human Rights Watch a condamné le traitement subi pour Benchemsi en Algérie, indiquant qu’il a été retenu pendant une dizaine de jours “sans aucun motif particulier”. Les Algériens lui auraient confisqué son téléphone portable et son ordinateur. HRW assure que Benchemsi était entré avec les autorisations nécessaires, ce qui contredit la version officielle des Algériens. Le journaliste a de son côté refusé de collaborer avec la police algérienne en livrant des informations. 

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Casablanca: les habitants de l’ancienne médina en colère (VIDEO)

Les habitants de l’ancienne médina de Casablanca, ceux du quartier Lafrina en particulier, sont en colère. Et pour cause, la mosquée Madani a été fermée après l’effondrement d’une partie du toit des toilettes.