Etudiante assassinée à Meknès: son professeur dément les rumeurs (VIDEO)

Samedi dernier, Meknès a été le théâtre d’un horrible crime. Une étudiante en droit a en effet été sauvagement assassinée par un jeune homme en pleine rue, à proximité de la place Lahdim, pour avoir refusé sa demande en mariage. Elle a été tuée de plusieurs coups de couteau au niveau du coeur.

Dans une interview accordée à Le Site Info dans sa version arabophone, Abdelkabir Sossi Alaoui, professeur à la Faculté de droit de Meknès, a réfuté les rumeurs selon lesquelles il entretenait une relation amoureuse avec la défunte, ce qui aurait poussé le jeune homme à la tuer par jalousie.

“Par respect à la défunte, évitez de dire des bêtises. Personnellement, ça ne m’affecte pas plus que ça. Vous me faites de la publicité gratuite. Ma femme et mes enfants sont au courant et en rigolent même. Je n’ai rien à cacher”, a-t-il déclaré, en s’adressant aux instigateurs de cette rumeur.

“La question concernant la possibilité d’entretenir une relation avec une étudiante m’a été posée il y a longtemps et j’avais répondu: rassurez-vous, cela ne risque pas d’arriver”, a-t-il ajouté.

Et de poursuivre: “Attention, il y a la nouvelle loi 13.103 qui sanctionne l’atteinte à la vie privée. J’ai d’ailleurs contacté des amis avocats pour avoir une idée sur les démarches afin de poursuivre les auteurs de ces rumeurs”.

“Je suis très proche de mes étudiants et je les considère comme des amis. (…) Si j’avais su que le jeune homme menaçait la famille de la victime, j’aurais été le premier à alerter les autorités et à la soutenir”, a-t-il conclu.

Rappelons que le mis en cause, qui a porté plus de 20 coups au niveau du coeur de la victime, a été arrêté environ une demie-heure après le crime. Une vidéo montrant la jeune fille baignant dans son sang a d’ailleurs été largement diffusée sur Facebook.

Lire aussi: Meurtre d’une étudiante à Meknès: ses parents témoignent (VIDEO)

R.T.

Suggestions d’articles

Drame d’Imlil: la première condamnation est tombée

Le mis en cause était poursuivi pour constitution d’une bande en vue de préparer et commettre des actes terroristes visant à porter gravement atteinte à la sûreté de l’État.