Enseignants contractuels: Après les menaces, le gouvernement passe à l’acte (VIDEO)

Le ministre de l’Education nationale, Saïd Amzazi, a tenu, ce mercredi, une conférence de presse à propos des mouvements protestataires, aux quatre coins du Royaume, des enseignants contractuels.

Lors de cette rencontre avec la presse, le ministre a fait savoir que le gouvernement ne reconnaissait pas la Coordination nationale des enseignants contractuels, précisant qu'”aucun dialogue direct n’est envisagé, ni envisageable avec celle-ci”.

Amzazi a expliqué ce refus en invoquant l’illégitimité de ladite Coordination dont les membres n’ont pas été élus, contrairement au cas des représentants syndicaux. En revanche, le ministre n’exclut pas la présence de quelques enseignants contractuels dans le cas de réunions avec les centrales syndicales.

Et ce n’est pas tout. Le ministre a indiqué que les meneurs de ces mouvements protestataires, qui sont à l’origine de l’absentéisme des enseignants contractuels, feront l’objet d’une procédure d’expulsion pure et simple. “C’est la décision du gouvernement”, a-t-il affirmé.

Par ailleurs, le responsable gouvernemental a balayé d’un revers de main les rumeurs selon lesquelles les vacances de printemps seront annulées à cause des manifestations. “Il n’en est rien. Ce ne sont que des calomnies”, a-t-il dit.

Pour rappel, les enseignants contractuels réclament leur intégration dans la Fonction publique. En réponse à cette revendication, le ministre de l’Education nationale avait affirmé qu’il ne peut y avoir de marche arrière concernant les clauses liant le ministère aux enseignants contractuels.

S.L. et L.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Carte du Maroc amputée dans un manuel: les précisions du ministère

Des informations ont circulé selon lesquelles le ministère de l'Education nationale a autorisé un manuel scolaire de français comportant la carte du Royaume amputée de son Sahara.