Encore une bavure de la Gendarmerie de Souk Larbaâ

La petite station balnéaire de Sidi Bousselham dépendant du cercle de Souk Larbaâ du Gharb a vécu lundi un vrai drame quand une unité de la gendarmerie s’y est présentée pour arrêter une personne.

Or, à la vue des gendarmes accompagnés par son protagoniste suite à une plainte, l’individu, quadragénaire a craint le pire. Il s’est barricadé chez lui, laissant le soin à sa fille de s’expliquer avec eux, notamment en leur délivrant un dossier médical attestant de l’état de santé précaire de son père.

Les gendarmes n’en avaient cure et l’un d’entre eux a même déchiré le dossier. La porte de la maison défoncée à coups de pieds, les représentants de la loi s’obstinaient à vouloir arrêter le maître des lieux. Mais tout allait basculer quand l’individu, sorti à leur rencontre, a été foudroyé par une crise cardiaque aiguë qui l’a envoyé à l’au-delà.

Les gendarmes n’ont pu que constater les dégâts et se sont empressés de contacter leur brigade pour annoncer la mort subite de cet homme. Selon la presse locale, la panique a régné dans cette brigade, d’autant plus que les gendarmes se sont déplacés à Sidi Bousselham sans en aviser les supérieurs et ont de surcroît emprunté une voiture civile.

Un manquement grave aux règles, qui a vite atterri sur le bureau du directeur régional de la Gendarmerie à Kénitra, qui a dépêché une commission d’enquête à Souk Larbaâ pour élucider cette affaire. Entre-temps, les associations des droits de l’homme et la famille du défunt ont exprimé leur détermination à poursuivre les deux gendarmes devant la justice.

Soufiane Laraki


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page