Encore un rapport espagnol qui n’a pas été tendre avec le Maroc

Le marché pharmaceutique marocain, qui avait repris des couleurs en 2018, après des années de stagnation, est à nouveau d’une pâleur inquiétante.

Et c’est un rapport espagnol qui pointe la rechute du secteur pharmaceutique privé du Royaume et les prix exorbitants qui y sont parfois pratiqués, rapporte le quotidien Al Massae de ce mardi.

Résultat des courses, la ville occupée de Sebta est devenue la pharmacie de dizaines de citoyens marocains atteints de pathologies graves ou incurables. Ces patients, selon cet inquiétant rapport espagnol, se rendent à Sebta pour acheter les médicaments que nécessite leur état de santé et à des prix raisonnables. Alors que les mêmes médicaments sont vendus beaucoup plus cher dans les officines marocaines, tout près de l’enclave occupée par le voisin du Nord.

Ces patients marocains ont même surnommé Sebta “la ville de la clémence”, précise ledit rapport ibérique. Ce surnom exprime bel et bien leur satisfaction de pouvoir acheter les médicaments dont ils ont besoin. Et ce, à des prix défiants toute concurrence par rapport à ceux pratiqués dans les officines des autres villes marocaines.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

La famille royale célèbre un bel événement lundi prochain

Chaque année, le 26 août est une date importante qui marque le combat sans relâche mené par la princesse en faveur de la préservation des droits des femmes et la préservation de l’intégrité physique, morale et spirituelle des enfants en situation difficile.