El Othmani: « J’avais déconseillé à maintes reprises les voyages pour l’Aïd »

Le chef de gouvernement a affirmé que les décisions prises concernant Fès et Tanger ne doivent rien à une quelconque « improvisation ». Tout au contraire, elles sont sensées et nécessaires, eu égard à la situation épidémiologique inquiétante que connaissent ces deux villes.

Ces mesures sont le résultat de l’évaluation hebdomadaire qu’effectuent des experts d’une commission scientifique du ministère de la Santé, en collaboration étroite avec les services sécuritaires, a souligné Saâeddine El Othmani.

Les propos du chef de gouvernement et secrétaire général du PJD ont été adressés à des responsables de son parti à qui il a soutenu que « toutes les villes sont sur un pied d’égalité ». Et d’ajouter que, parfois, il est nécessaire de prendre des décisions qui peuvent paraître « sévères » et « impopulaires », dans l’objectif d’endiguer le risque de propagation du Covid-19. Car la situation épidémiologique devient de plus en plus inquiétante et connaît une augmentation inquiétante de cas confirmés et de contamination.

El Othmani a également précisé que les dernières mesures concernant Tanger et Fès découlent d’indicateurs essentiels, ainsi que du nombre de cas confirmés et graves. Ces données résultent du pourcentage de cas contaminés, pendant une semaine, pour 100 000 habitants.

Ainsi, les experts du ministère de la Santé ont conclu qu’une ville, dont le nombre de cas confirmés de Covid-19 est de 50 personnes pour 100 000 habitants, en une semaine, est classée dans la liste des villes où la situation épidémiologique est jugée alarmante. De ce fait, a souligné El Othmani, des mesures drastiques et urgentes doivent être prises. Et c’est le cas justement de Tanger et de Fès!

Quant aux provinces et villes où l’on enregistre entre 35 et 50 cas pour 100 000 habitants, elles sont classées parmi celles où l’état d’alerte doit être de rigueur, selon le chef de gouvernement et SG du parti islamiste.

El Othmani a aussi rappelé aux responsables de son parti qu’ils ont remarqué que, par trois fois, il avait déconseillé les déplacements inter-villes pour la célébration de l’Aid Al-Adha. « Certains en ont conclu que ce n’était que de la ‘parlote’ et du verbiage. Et nous voici maintenant devant le douloureux fait accompli et plus de 1000 cas confirmés enregistrés au quotidien », a enfin déploré El Othmani.

Larbi Alaoui (avec Mohamed Fernane)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Tanger: peine capitale pour un terrible infanticide

La Chambre criminelle de premier degré près la Cour d'appel de Tanger a condamné, ce mardi après-midi à la peine de mort, un couple poursuivi pour homicide volontaire et mutilation du corps du fils mineur du mari.