Du matériel chirurgical « oublié » dans l’utérus d’une femme pendant 15 ans

C’est une histoire assez particulière, marquée par une expérience douloureuse et des années de souffrance pour Nadia, originaire d’Agadir. En effet, cette dame a découvert la présence depuis quinze ans d’ustensiles chirurgicaux dans son utérus, c’est-à-dire depuis qu’elle a accouché de sa fille, en 2000.

Dans une déclaration accordée à nos confrères de Hespress, la victime raconte les détails de son calvaire. Âgée de 43 ans et mère d’une fille de 16 ans, Nadia a donné naissance par césarienne à son bébé, le 13 novembre 2000, à l’hôpital Hassan II d’Agadir.

Alors qu’elle s’était séparée de son mari pendant sa grossesse, Nadia a vécu après l’accouchement des semaines de calvaire à cause de l’intensification des douleurs. Elle a même dû utiliser une chaise roulante au vu de son incapacité à se déplacer, qu’elle imputait à des complications post-chirurgicales. Ces douleurs ont duré deux ans et demi et commençaient à diminuer progressivement, selon la victime.

Mais, en 2016, un jour a changé le cours de sa vie. Après avoir appris qu’elle était atteinte d’un cancer de l’utérus, Nadia a eu la désagréable surprise de découvrir, à l’issue d’une visite médicale, la présence dans son utérus de matériel médical d’une dimension allant jusqu’à 4,5 cm.

Le choc a été tel qu’elle est entrée dans un état dépressif grave. Par conséquent, Nadia a décidé de poursuivre en justice les responsables et de porter plainte contre l’hôpital où elle avait accouché. Le juge a ordonné une expertise médicale dont les conclusions contredisent totalement les constatations du médecin qui avait révélé l’erreur.

En effet, selon le rapport de cette expertise, « les dommages physiques de l’opération sont dus à un déséquilibre hormonal et non à la présence du matériel médical », ce qui a poussé Nadia à demander une contre-expertise, vendredi 14 octobre 2016.

Selon elle, le médecin qui a rédigé ce rapport est un ami du chirurgien responsable de l’erreur médicale.
« Le rapport médical a ignoré l’aspect psychologique et le préjudice moral causé à la victime par une erreur médicale qui a duré 15 ans », a déclaré l’avocat de Nadia qui demande à l’Etat et aux responsables un dédommagement financier et moral conséquent. Un calvaire inachevé que raconte avec amertume la victime en espérant que justice lui soit rendue.

Z. A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Clusters à Tanger : les autorités durcissent les mesures et ferment des entrées

Dans un communiqué, le ministère a indiqué qu’il a été décidé aussi de renforcer le contrôle pour que les personnes se trouvant dans ces zones ne quittent leurs domiciles qu'en cas de nécessité extrême tout en observant les précautions nécessaires.