Drame de Harhoura: El Khalfi fait taire les rumeurs

Depuis quelques jours, plusieurs rumeurs ont circulé sur l’identité du conducteur ayant causé la mort d’un gendarme à Harhoura, aux environs de Rabat. La dernière en date veut que le mis en cause soit un membre de la famille du ministre délégué chargé des Relations avec le ParlementMustapha El Khalfi.

Ce dernier a tenu à faire taire cette rumeur sur sa page Facebook. Le responsable gouvernemental a nié catégoriquement tout lien familial avec le conducteur. “Certains ont véhiculé, via les réseaux sociaux, une information totalement fausse selon laquelle le jeune homme qui a mortellement renversé un gendarme à Harhoura, serait mon neveu. C’est une calomnie”, a-t-il écrit.

Et de préciser que son unique neveu est encore à l’école primaire. Le ministre a par ailleurs saisi l’occasion pour présenter ses condoléances à la famille du défunt gendarme.

Notons par ailleurs qu’une source a indiqué à Le Site Info que le mis en cause serait issue d’une famille aisée de Harhoura et aurait la nationalité néerlandaise.

Rappelons qu’un gendarme a été renversé vendredi dernier près de Rabat, par une voiture roulant à grande vitesse. La victime a demandé au conducteur coupable de s’arrêter parce qu’il avait commis une infraction routière. Ce dernier, en excès de vitesse, a refusé d’obtempérer et a renversé le gendarme avant de tenter de prendre la fuite. Le mis en cause a finalement été arrêté et placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent.

Les obsèques du gendarme ont eu lieu samedi après-midi à Khénifra, dont il est originaire. La dépouille du défunt, qui a succombé à ses blessures à l’hôpital militaire de Rabat, a été inhumée en présence de plusieurs membres de sa famille et de proches, en plus de hauts gradés de la gendarmerie royale.

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Enfants jetés d’un toit à Casablanca: ce qu’a décidé la justice

Dimanche matin à Casablanca, une femme a jeté ses trois enfants -âgés de 1, 6 et 8 ans- du toit d’un immeuble de cinq étages.