Drame de Bouknadel: le proche d’une victime se confie (Vidéo)

La famille d’Ichrak Naoum, la jeune fille de 23 ans décédée dans le déraillement, mardi 16 octobre, du train entre Kénitra et Bouknadel, est encore sous le choc.

D’une voix triste, un proche de la défunte, qui n’arrive toujours pas à accepter sa perte, a confié qu’Ichrak avait pris ce train à destination de Kénitra afin de récupérer des documents en rapport avec son master qu’elle devait décrocher dans deux mois. «Le jour du drame, on a cherché Ichrak dans tous les hôpitaux de Rabat, de 11h30 à 17h, en vain. On ne trouvait pas son nom», a-t-il confié, ajoutant que toute la famille est dans un état lamentable après le décès de la jeune fille. «J’avais une relation exceptionnelle avec Ichrak. 15 jours avant sa mort, je lui ai rendu visite et elle m’a paru bizarre. Elle m’enlaçait et me disait «Je t’aime beaucoup papa». Oui, elle m’appelait papa…», a-t-il précisé, en pleurs.

Il a également ajouté que la mère d’Ichrak est dans un état de choc et n’a pas encore accepté le décès de sa fille. «C’est la plus jeune victime du train. On a reçu beaucoup de visites et d’appels de personnes qu’on ne connait pas et qui ont tenu à nous présenter leurs condoléances. Cela ne m’étonne pas à vrai dire. Ichrak était exceptionnelle, bien éduquée, studieuse et tout le monde l’adorait», a souligné le proche, ajoutant que la mort de la jeune étudiante est si difficile, d’autant plus qu’elle n’était ni malade ni souffrante.

L’oncle d’Ichrak, pour sa part, a confié qu’Ichrak était très proche de son père. «Il était très présent dans sa vie et l’accompagnait partout. Même quand elle voulait se rendre au Hammam, c’était lui qui la déposait», s’est-il rappelé.

R.T. et N.M.

 

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Marrakech ont interpellé, vendredi, trois individus âgés entre 21 et 32 ans, pour leur implication présumée dans une affaire de vol, coups et blessures ayant entraîné la mort et dissimulation d'objets issus d'un crime.