Doc de France3 sur le roi: des intervenants s’expliquent 

Fouad Abdelmoumni, Najib Akesbi et Karim Tazi viennent de publier un communiqué dans lequel ils affirment que leur intervention dans le documentaire polémique de France 3 ne peut « en aucune manière être interprétée comme une quelconque caution à l’angle éditorial de ce documentaire ». 

©montage Ahmad Bouzoubaâ
©montage Ahmad Bouzoubaâ
Voici l’intégralité du communiqué:

« Au cours du mois de février 2015, nous avons été contactés par M. Jean-Louis Perez, journaliste, qui préparait un documentaire pour la chaîne de télévision France 3. M. Perez avait expliqué qu’il s’agissait d’une série de reportages sur les économies des trois pays du Maghreb, chacune étant naturellement traitée avec ses caractéristiques communes et particulières.

Lire aussi: Le DG de Casa Finance City interdit d’entrée en Chine!

Dans le cas du Maroc, il souhaitait, entre autres thématiques, apporter un éclairage sur le rôle des entreprises appartenant à la famille royale dans l’économie du pays. Par ailleurs, l’équipe de tournage devait se déplacer deux fois au Maroc pour réaliser des entretiens: ce premier déplacement était consacré à des personnes ayant des points de vue critiques à l’égard des sujets à traiter, mais un autre déplacement devait également donner la parole à d’autres personnes, ayant une opinion différente.

Lire aussi: Doc de France 3 sur le roi: les Marocains se révoltent

Nous avons par la suite appris que l’équipe de tournage avait été expulsée du territoire national par les autorités marocaines. Nous n’avons, depuis, guère eu de nouvelles du projet en question, jusqu’à ces derniers jours, lorsque nous avons appris dans la presse la programmation pour le 26 de ce mois de mai la diffusion d’un «documentaire consacré à la fortune et aux affaires économiques du Roi».

Lire aussi: Mohammed VI et Lalla Salma, personnalités les plus admirées au Maroc

Lire aussi: Le roi Mohammed VI en photo avec une actrice Emiratie

Cette «version remaniée» du projet donnerait par ailleurs la parole à Catherine Graciet, journaliste, qui s’exprimerait pour la première fois longuement sur «son affaire» (Le Desk, 4 mai). Mme Graciet est poursuivie devant la justice française pour racket et extorsion de fonds. De son propre aveu, elle aurait négocié avec le palais royal marocain l’obtention de sommes importantes pour ne pas publier des informations  compromettantes.

Lire aussi: « Roi du Maroc, le règne secret », bientôt sur France 3

Pour cela, nous tenons à affirmer que, si nous ne renions en rien les analyses que nous avons exprimées à cette occasion, la diffusion aujourd’hui de notre intervention dans ce documentaire ne peut en aucune manière être interprétée comme une quelconque caution à l’angle éditorial de ce documentaire, ni à une personne dont la probité s’est malheureusement révélée pour le moins douteuse ».

Fouad Abdelmoumni, secrétaire général de Transparency Maroc

Najib Akesbi, économiste marocain

Karim Tazi, homme d’affaires


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page