Dix femmes soupçonnées de terrorisme arrêtées par le BCIJ

Ce lundi, des brigades anti-terroristes ont arrêté des femmes qui ont fait allégeance à Abou Bakr Al Baghdadi.

Le ministère de l’intérieur a diffusé un communiqué annonçant que le Bureau central des investigations judiciaires a réussi à mettre la main sur dix femmes soupçonnées d’agir pour le compte de Daesh.

Ces femmes faisaient partie d’un réseau opérant dans plusieurs villes, notamment à Salé, Sidi Slimane, Zagora, Tan-Tan, Tanger et Oulad Teïma, qui s’activait selon des directives reçues de la part de jihadistes se trouvant actuellement en Irak et en Syrie. L’une d’elles est d’ailleurs la sœur d’un jihadiste marocain récemment tué lors de combats en Syrie.

“Les premiers éléments de l’enquête font ressortir que les prévenues, qui ont prêté allégeance au soi-disant émir de “l’ Etat islamique”, ont adhéré à l’agenda sanguinaire de cette organisation, en cherchant à obtenir des produits utilisés dans la fabrication d’engins  explosifs dans l’objectif de mener des opérations-suicides contre des installations sensibles au Maroc, suivant en cela le procédé du frère de l’une d’entre elles qui avait commis une opération similaire en Irak au début de l’année en cours, et celui d’autres femmes “daeshiennes” qui avaient perpétré des attentats suicide et des attaques d’envergure dans plusieurs pays », précise le communiqué.

La perquisition effectuée à leurs domiciles a donc permis de saisir des quantités de produits chimiques qui devaient servir à confectionner des explosifs. Ces prévenues, qui ont été soumises aux interrogatoires dans le cadre des procédures légales, ont été initiées à la confection d’explosifs en vue de mener des opérations-suicides contre des cibles stratégiques.

“Des éléments de cette cellule ont été chargés de recruter des femmes en vue de renforcer les rangs de Daesh sur la scène syro-irakienne, suivant en cela la stratégie de ce groupe visant à élargir le cercle d’embrigadement au sein des différentes couches sociales et catégories d’âge, pour renforcer le prétendu Califat, exploitant pour ce faire la convergence de son projet avec le référentiel idéologique de plusieurs groupes islamistes, qui ont constamment servi d’incubateur pour nombre d’éléments impliqués dans des affaires liées au terrorisme”, ajoute le communiqué.

L’enquête se poursuit pour déterminer le degré de connexion de ces femmes avec les réseaux terroristes opérant dans les zones d’implantation de Daesh.

T.J.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Arnaque immobilière à Casablanca: un escroc risque gros

Les éléments de la police du district de sûreté de Sidi Bernoussi à Casablanca ont arrêté, mercredi, un récidiviste âgé de 36 ans qui fait l'objet d'un avis de recherche au niveau national